Amandus Kahl : innover pour mieux nourrir les animaux

Qu’il s’agisse des broyeurs à cylindre ou des expandeurs à ouverture annulaire, les technologies développées par l’Allemand Amandus Kahl visent à respecter les matières premières tout en améliorant l’efficacité de la fabrication des aliments pour les animaux.

Fondée en 1876 à partir d’une fabrique de broyeurs et de presses à granulés, la société Amandus Kahl est devenue en 1991 le groupe Kahl, composé de quatre partenaires : Kahl (industrie de l’alimentation animale + petfood, industrie du recyclage, industrie chimique, industrie agroalimentaire et sucrière), Neuhaus Neotec (entrepôts et installations de torréfaction de café), Schule (industrie du riz et des céréales, légumineuses et oléagineux, traitement hydrothermique, industrie des épices et du thé), Heinen Freezing (systèmes de refroidissement, congélation, fermentation, pasteurisation pour l’industrie agroalimentaire). Le groupe Kahl emploie aujourd’hui 600 salariés dans le monde, avec une usine centrale à Reinbek près de Hambourg.

En alimentation animale, des usines clé en main ont été récemment installées dans plusieurs pays comme la Russie, l’Arabie Saoudite ou le Sultanat d’Oman. Responsable du développement de nouveaux procédés et machines, le département d’essais d’Amandus Kahl comporte une installation pilote permettant aux clients intéressés de réaliser des essais avec leurs propres produits.

Expandeurs à ouverture annulaire

Gros plan sur le cône et l’ouverture annulaire brevetée de l’expandeur à ouverture annulaire Kahl.

La mise au point ces dernières années de l’expandeur à ouverture annulaire (Crown Expander OEK) représente l’une des dernières innovations technologiques majeures d’Amandus Kahl. Le fabricant industriel travaille sur les expandeurs depuis la fin des années 80, les premiers développements ayant eu lieu en Norvège, où les professionnels de l’alimentation animale cherchaient à améliorer la qualité des céréales distribuées aux bovins laitiers. « Les vaches ne digèrent que 85 % du maïs brut mais presque 100 % du maïs expandé », précise le Dr Reichenbach, qui ajoute que l’expandeur améliore aussi la digestibilité des fibres brutes, des matières grasses et des matières protéiques chez le porcelet.

Depuis, le passage des matières premières par un expandeur s’est développé et a fait l’objet de nombreux essais pratiques, tant en Allemagne (Université de Göttingen) qu’aux États-Unis (Kansas University). « Nos tests ont montré que les structures particulaires brutes sont davantage préservées dans un aliment expandé que dans un aliment granulé », explique le Dr Reichenbach. C’est en 2007-2008 qu’Amandus Kahl a mis au point son procédé de conditionnement sous pression avec l’expandeur à ouverture annulaire, pour améliorer la qualité des aliments. Le secret de l’expandeur à ouverture annulaire Kahl réside dans l’élévation rapide de la pression dans le tube mélangeur. Pendant environ 5 secondes, une température comprise entre 90 et 140 °C est atteinte. La pression se réduit immédiatement à la sortie, le produit se détend et de l’eau s’évapore. La pression, l’intensité du travail de malaxage, l’augmentation de la température du produit et la consommation d’énergie peuvent être déterminées et programmées en continu et immédiatement par l’ajustement du cône en marche. À la sortie, la pression se réduit spontanément, le produit se détend et une partie de l’eau ajoutée s’évapore (évaporation flash). Ainsi, un séchage final n’est généralement pas nécessaire. Le produit expandé, sortant directement à la sortie de l’expandeur, est de structure émiettée ou grossière, selon la formule ou la température de produit présélectionnée.

L’aliment expandé est par ailleurs homogène, à faible teneur en poussières et il coule bien dans les silos. Cette technique apporte plus de souplesse dans le choix des matières premières et permet donc de fabriquer de nouveaux types d’aliments. « L’expandeur à ouverture annulaire associe les avantages de l’expansion, de l’extrusion et de la granulation sans en présenter les inconvénients », résume le Dr Reichenbach, qui ajoute que des essais ont montré une relative préférence des animaux pour les granulés expandés, comparés aux granulés issus d’une presse. « En outre, l’expandeur à couronne annulaire peut être installé sur des expandeurs existants et certains de nos clients l’ont fait, en Belgique et en Allemagne », ajoute le Dr Reichenbach.

Granulation de biomasse

Kahl a commencé à développer la granulation des matières premières renouvelables depuis la crise de l’énergie des années 70. À titre d’exemple, Amandus Kahl sait traiter et valoriser la bagasse issue de la transformation de la canne à sucre. Après avoir été séchée, la bagasse est traitée par un process qui détruit la lignine et améliore la digestibilité de la fibre par les ruminants. Après ajout de mélasse ou d’autres produits issus de la transformation de la canne en sucre, ce mélange peut être complété avec du son, des céréales, tourteaux, minéraux et vitamines, pour être au final transformé en granulés faciles à stocker et à utiliser. « Ce procédé peut être appliqué à d’autres produits issus des fourrages, tels les rafles de maïs ou la paille de blé », ajoute le Dr Reichenbach.

Philippe Caldier

… Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 646 – mai 2011 ainsi qu’un dossier complet dans le numéro de juin à paraître prochainement


Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.