Phileo : un nouveau programme pour l’aquaculture

Le tilapia est un poisson tropical principalement produit en Asie. Phileo, groupe Lesaffre, a développé le programme Aquasaf Tilapia pour les éleveurs de cette espèce afin de répondre à leurs problématiques sur le terrain.

C’est en Asie que le tilapia, poisson tropical, est majoritairement élevé. © Shutterstock

C’est en Asie, plus gros producteur aquacole, que le tilapia, poisson tropical, est majoritairement élevé. En 2019, le tilapia était la seconde espèce la plus produite en Chine pour un volume d’environ 6,2 millions de tonnes métriques. Cette espèce rencontre des difficultés en hiver par exemple avec des épizooties régulières et des taux de survie moyens de 30 % dans certains des systèmes de production les plus exposés. Depuis plus de dix ans, Phileo, du groupe français Lesaffre, réalise des essais en élevages et développe des solutions à base de levure afin de répondre aux enjeux de la filière aquacole. Alban Caratis, responsable aquaculture chez Phileo, explique : « historiquement parlant, nous sommes très axés produits et R&D, nous parlons beaucoup de « mode d’action ». Aujourd’hui, nous nous tournons plutôt sur les problématiques dans l’industrie, c’est pourquoi nous avons rassemblé nos produits dans un programme Aquasaf Tilapia. Les éleveurs de tilapia peuvent consulter ce programme et trouver une réponse adaptée à leur problématique et en utilisant un de nos produits proposés ». Plusieurs volets sont présents dans ce manuel : « santé intestinale, management du stress, réponse immunitaire ». Otavio Castro, responsable espèces, déclare : « avec les défis croissants du marché du tilapia, il est encore plus impératif que jamais pour les producteurs d’aliments pour animaux d’être capables de voir clair et d’avoir des modes d’action explicables afin de pouvoir adapter les solutions fonctionnelles les plus rentables pour leurs clients finaux. La faible demande de tilapia et l’offre élevée dans de nombreux endroits du monde ont entraîné des prix bas et des marges de plus en plus serrées. Dans ce contexte, l’optimisation des coûts de production est un processus qui commence souvent par de bons ratios de conversion alimentaire et la préservation de la capacité digestive du poisson » (…)

Eva Marivain

Article à lire en intégralité dans la Revue de l’Alimentation Animale n°757

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.