Fefac : Alimentation circulaire, les nouvelles ressources

La Fédération européenne des fabricants d’aliments composés a organisé son sixième webinaire le 31 mars. Plusieurs intervenants ont pris la parole sur la recherche de nouveaux aliments comme les insectes et les algues, pour palier la dépendance d’autres pays et remplacer les ressources limitées afin de produire des aliments circulaires.

Asbjorn Borsting, président de la Fefac et de la Dakofo au Danemark
© Asbjorn Borsting

Asbjorn Borsting, président de la Fefac et également de la Dakofo (organisation représentant l’industrie du commerce des céréales et des aliments pour animaux au Danemark), a annoncé que ce sixième webinaire, organisé le 31 mars, portait sur « le contexte de la production durable, la sécurité, l’autonomie européenne et les alternatives aux ressources pour la nutrition animale ». Le défi de la Fefac est de trouver « plus d’ingrédients alimentaires alternatifs qui pourraient aider à lutter contre la dépendance à l’importation » pour contribuer à une alimentation humaine et animale plus durable. La fédération a donc sorti en septembre 2020 une «Charte de durablité des aliments pour animaux 2030». L’équipe de bioéconomie au Danemark, que préside Asbjorn Borsting, se compose de 20 représentants d’universités, d’ONG, de syndicats, d’associations et d’entreprises privées. Celle-ci doit fournir des « recommandations au gouvernement sur la voie des bioressources dans la transition verte au Danemark », explique Asbjorn Borsting. En 2018, le groupe a lancé un rapport contenant des recommandations sur la façon d’améliorer l’approvisionnement en protéines pour l’alimentation humaine et animale. Il s’agit de développer des produits protéiques alternatifs avec une meilleure empreinte environnementale et climatique. « Pour cela, il faut améliorer la production et le bioraffinage des protéines à partir de différentes sources telles que les graminées, les légumineuses, les insectes et les sources d’origine marine.  » Ces différentes sources pourraient fournir 300 000t de protéines par an, « soit un tiers de l’importation totale danoise ». (…)

Eva Marivain

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le numéro 756.

 

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.