Sud-Ouest Aliment : nouvelle unité d’assemblage d’aliments floconnés

Sud-Ouest Aliment investit 1,5 M € dans une ligne d’assemblage d’aliments floconnés pour chevaux. Sa capacité maximale est de 15 000 t/an, son marché actuel tourne à 4 000 t au trot. Les sous-traitants sont bienvenus pour passer au galop.

Avec une production de 8 000 t sur un total de 550 000 t, l’aliment pour chevaux représente moins de 2 % de la production de Sud-Ouest Aliment. Autant dire un flocon. L’aliment floconné, précisément, se partage cette production avec le granulé classique. La production est une chose, le marché et la part de marché sont autre chose. « Sud-Ouest Aliment détient environ 45 % du marché de l’aliment cheval sur sa zone de distribution, constituée des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, indique Jean-Pierre Brethous, directeur commercial. Tous aliments confondus, notre part de marché est de 28 % sur cette même zone. Nous occupons donc une place particulière sur le segment de l’aliment cheval. Il faut savoir par ailleurs que le marché de l’aliment floconné est en pleine croissance. Ces éléments expliquent pourquoi Sud-Ouest Aliment a pris la décision, fin 2009, d’investir dans une unité d’assemblage. »
Novembre 2011, les premières fabrications sortaient du site d’Anan (31). Cette usine était jusqu’à présent spécialisée dans la fabrication d’aliment pour ruminants et pour chevaux. Dans une moindre proportion, les aliments pour chevaux sont également fabriqués à Pomarez (40) pour la partie sud de Sud Ouest Aliment, mais uniquement en présentation granulé. La stratégie du fabricant consiste à spécialiser au maximum ses outils industriels, au nombre de sept actuellement, répartis sur l’ensemble de son territoire.

Unité d’assemblage, pas de floconnage

Le site d’Anan a été privilégié pour différentes raisons : l’antériorité de la production d’aliment pour chevaux, une réserve foncière doublée d’une facilité d’intégration du nouvel outil à l’unité existante, la proximité avec l’agglomération toulousaine et son potentiel commercial, ainsi qu’avec un des fournisseurs privilégiés de l’usine, à savoir la coopérative Qualisol située dans le Tarn-et-Garonne. « Nous avons investi 1,5 M d’euros dans cette nouvelle unité, indique Jean-Louis Zwick, président de Sud-Ouest Aliment. Même s’il fut étalé sur deux budgets, il s’agit d’un montant important, représentant environ 70 % des investissements annuels réalisés par l’entreprise sur l’ensemble de ses usines. L’assemblage d’aliments floconnés nous permet de renforcer la maîtrise de la qualité et de nous réapproprier de la valeur ajoutée. Nous allons également réaliser des économies d’échelle liées à la suppression de certaines ruptures de charges. Un dernier bénéfice réside dans l’optimisation des moyens en présence sur le site d’Anan. »

Si l’investissement est conséquent, sans pour autant intégrer le floconnage, c’est parce que Sud-Ouest Aliment a privilégié la qualité du process d’assemblage d’une part et les capacités de production d’autre part. Du point de vue du process, l’outil a été conçu pour respecter au maximum la matière première entrante, à commencer par les flocons, sujets à la brisure. Après déchargement dans une fosse de réception à tapis, l’intégration des flocons privilégie ainsi la voie gravitaire, justifiant une tour de 27 m de hauteur. Le mélange en benne peseuse participe au même objectif. L’enrobeur incorporateur de mélasse permet d’agglutiner les poussières tandis que le tamiseur final élimine les fines indésirables. « Les acheteurs d’aliments pour chevaux, qu’il s’agisse des professionnels comme des particuliers, sont très sensibles à l’aspect visuel, en plus de toutes les garanties qualitatives et sanitaires, indique Jean-Pierre Brethous. Cela justifie le soin que nous apportons à la fabrication de nos aliments floconnés et par voie de conséquence les investissements nécessaires à l’obtention de cette qualité. »

Sous-traitance obligatoire

Jean-Louis Zwick, président : « L’investissement et la montée en charge de l’usine intègrent le développement de la fabrication en sous-traitance pour le compte de clients autres que nos distributeurs actuels. »

Second élément expliquant le montant de l’investissement : la capacité de l’outil. En rythme de croisière, l’usine d’Anan sera capable de produire 15 000 t/an d’aliment floconné. Un tonnage qui dépasse largement les 4 000 t/an de floconné, hors granulés, que commercialise actuellement l’entreprise. Le marché est certes en développement mais la marge de progression est importante. « L’investissement et la montée en charge de l’usine intègrent le développement de la fabrication en sous-traitance pour le compte de clients autres que nos distributeurs actuels, déclare Jean-Louis Zwick. La conclusion de tels accords doit nous permettre d’atteindre une production de 8 000 t/an d’ici à 2014. Le point mort de l’usine se situe à 6 000 t/an. La rentabilité de Sud-Ouest Aliment n’en pâtira pas d’ici là. »

Outre ses engagements qualitatifs, le fabricant a d’autres atouts à faire valoir pour convaincre ses clients directs et indirects. En fabrication, en dehors de Qualisol situé au Nord-Est de son territoire, Sud-Ouest Aliment n’a pas de concurrents à l’intérieur de sa zone naturelle de chalandise sur l’aliment floconné. La voie est donc libre pour saisir des opportunités avec des arguments sérieux en matière de compétitivité. Une compétitivité qui peut être mise à profit pour dépasser de quelques longueurs la ligne d’arrivée des camions aux confins de la zone de chalandise de l’entreprise, même si les 180 points de vente disséminés dans le Sud-Ouest constituent la première force de frappe commerciale. La clientèle des aliments pour chevaux se compose à 60 % de particuliers et à 40 % de professionnels.

Raphaël Lecocq

… Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 652 – décembre 2011

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.