Sanders : huit millions d’euros investis dans ses outils bretons

La tour de broyage de l’usine de Saint-Gérand qui culmine à 72 m est un élément marquant du paysage de centre-Bretagne. À l’occasion d’une porte ouverte, le groupe Avril présente ses récents investissements et rappelle son implication dans l’élevage en France et en Bretagne, son cœur historique.

L’usine de Saint-Gérand a ouvert ses portes en juin dernier.

L’usine de Saint-Gérand a ouvert ses portes en juin dernier.

« Ce n’est pas parce que nous sommes dans un marché mâture que nous devons renoncer à la croissance, proclame Bernard Mahé, directeur général du domaine nutrition animale du Groupe Avril. Nous nous positionnons sur une montée en gamme de nos filières. Pour cela, nous devons pouvoir compter sur des outils modernes et réactifs. »

Le domaine nutrition animale du groupe Avril est porté par la marque d’aliment Sanders, qui représente 3,4 millions de tonnes d’aliments dont 200 000 tonnes à l’international. Elle compte 25 usines en France et trois usines à l’étranger : en Algérie, Tunisie et Serbie.

Engagé au côté de ses groupements de producteurs (Armor Œufs, Porc Armor, Celtalliance en lapins et Gavéol en volailles de chair) et dans des partenariats aval, Sanders entend être un acteur-clé de la valorisation des filières animales françaises. « Depuis 1992, Sanders a développé une filière spécifique de poulets lourds pour le marché européen qui aujourd’hui consolide le partenariat avec le groupe LDC et ses clients, et nous permet de reconquérir ensemble le marché français de la volaille », présente Bernard Mahé. Sanders mise sur les filières de qualité, génératrices d’image et de valeur ajoutée : « Nous avons enregistré notre premier succès en signant un partenariat avec Fleury Michon pour développer un cahier des charges de porcs nourris sans OGM, élevés sans traitement antibiotique dès la fin du sevrage (avec un objectif d’atteindre le zéro antibiotique dès la naissance d’ici 2020). Cette filière exclusive implique déjà 41 éleveurs passionnés et entièrement dédiés à cette production (155 000 porcs) à travers cinq départements. Grâce à l’engagement de tous, le jambon J’aime – Engagés dans l’élevage est devenu le jambon préféré des Français selon une enquête UFC – Que Choisir de juin 2016. »

La région Sanders Bretagne

Sanders est organisé en six grandes régions, la plus grande étant la Bretagne (qui s’étend sur la quasi-totalité de la région administrative, à l’exception de l’est de l’Ille-et-Vilaine, rattachée à la région Sanders Ouest). Sanders Bretagne représente 1,17 million de tonnes d’aliment en 2016. Le volume d’aliment se répartit entre la volaille (37 % chair, 29 % pondeuse), le porc 26 %, le ruminant 5 %, le lapin 1,5 %, les aliments reproducteurs 1,8 %.

La région Sanders Bretagne dispose de quatre usines : Guingamp (22), Montauban-de-Bretagne (35), Saint-Thégonnec (29) et Saint-Gérand (56).

Au cours des derniers mois ces sites ont bénéficié d’importants investissements : « L’usine de Montauban-de-Bretagne (35) s’est dotée d’une ligne de fabrication de dernière génération incluant un système de traitement thermique des aliments, une presse entièrement automatisée à gros débit (30 t/h) ainsi qu’un nouveau système de refroidissement, pour un montant d’un million d’euros », présente Hugues Mongé, directeur de Sanders Bretagne.

L’usine de Saint-Thégonnec (29), dont le point limitant était le chargement, a vu sa capacité de stockage de produits finis augmentée avec une nouvelle station de chargement composée de 28 cellules d’aliments vrac qui permettent d’augmenter la capacité de chargement de +30 %. L’outil de chargement est désormais entièrement automatisé.

Saint-Thégonnec et Montauban-de-Bretagne se sont vues dotées d’un nouveau dispositif de refroidissement des granulés.

(…)

F. Foucher

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 708 – Juillet-Août 2017

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.