Animine : innovation dans les oligo-éléments

En développant une forme spécifique d’oxyde de zinc, la société Animine apporte une solution innovante pour mieux gérer les problèmes digestifs des porcelets sevrés.

Stéphane Durosoy, directeur et fondateur d’Animine.

Comment obtenir des résultats sur la santé des animaux en intégrant des oligo-éléments à dose nutritionnelle ? Voici le casse-tête auquel la société Animine a su répondre avec un premier produit.

Créée par Stéphane Durosoy en décembre 2010 à Sillingy, en Haute Savoie, cette société se veut être un spécialiste de la valorisation des oligo-éléments dans l’alimentation animale. Il faut dire que son fondateur est un expert en la matière. En effet, Stéphane Durosoy dispose de plus de 15 ans d’expérience dans le domaine. De formation agricole, complétée par un cursus sur l’alimentation des animaux puis en management, il a mené la plupart de sa carrière professionnelle chez des opérateurs – producteurs et distributeurs – de la filière, comme Zinpro. D’ailleurs avant de créer son entreprise, il a œuvré plusieurs années chez Pancosma, société suisse spécialisée dans les additifs pour l’alimentation animale. « Après mon parcours professionnel en tant que salarié, j’ai voulu créer mon entreprise en restant dans mon domaine de compétence. Le marché des oligo-éléments étant très concurrentiel au niveau international, j’ai dû développer une offre très spécifique qui se démarque nettement de ce que l’on peut trouver sur le marché », explique Stéphane Durosoy.

Résultat : Animine a axé sa stratégie sur la création de sources d’oligo-éléments à valeur ajoutée pour les animaux d’élevage. Le premier produit issu de ce programme R&D est ZinPot. Il s’agit d’une forme spécifique d’oxyde de zinc. Animine s’appuie sur un partenaire industriel exclusif au savoir-faire complémentaire. Toute l’innovation de ce produit réside dans son process de fabrication breveté qui lui confère des propriétés physico-chimiques uniques. ZinPot est une poudre « d’excellente coulabilité qui se mélange très bien dans le premix et l’aliment grâce à une granulométrie parfaitement maîtrisée. L’absence de fines améliore le niveau de sécurité et de confort des manipulateurs par rapport aux sources actuelles », renchérit Stéphane Durosoy. ZinPot, en tant qu’oxyde de zinc pur, à très bas niveau de contaminants, bénéficie de l’autorisation générique des additifs nutritionnels.

Dosage réglementaire et effet supra-nutritionnel

ZinPot, en tant qu’oxyde de zinc pur, à très bas niveau de contaminants, bénéficie de l’autorisation générique des additifs nutritionnels.

Le plus gros avantage de cette forme spécifique d’oxyde de zinc reste son dosage dans l’alimentation. En effet, la surface spécifique de la particule d’oxyde de zinc étant multipliée par dix, cet additif peut être intégré à l’alimentation animale à dose nutritionnelle, c’est-à-dire à une dose autorisée par les normes européennes, mais avec des effets supra-nutritionnels sur les animaux.
(…)

Stéphane Durosoy a donc ciblé une seule application : l’alimentation des porcelets sevrés. Côté marché, Animine se concentre sur une priorité géographique : les pays qui utilisent de l’oxyde de zinc à dose pharmacologique et qui cherchent des alternatives efficaces et durables. Mais des clients européens ont également montré leur intérêt pour le produit. « Dans le premier cas, ZinPot apporte une solution technique et économique de substitution au dosage élevé, dans le deuxième cas, il est utilisé comme d’autres additifs régulateurs de flore », commente Stéphane Durosoy.

Projets de développement pour 2013

L’entreprise ne souhaite pourtant pas s’arrêter là. Le dirigeant prévoit déjà de lancer de nouveaux produits dès 2013. « Notre politique sera appliquée à d’autres oligo-éléments comme le cuivre, le fer, le sélénium… Mais avant de passer à cette étape, nous allons nous développer sur le plan commercial avec le recrutement en 2012 d’une personne et le renforcement de notre réseau de commercialisation à l’international. » (…) Autre grand chantier de l’entreprise pour les années prochaines : sa collaboration à un appel à projet européen appelé FP7 (7e Programme Cadre) sur le thème de « l’amélioration de la productivité des monogastriques en diminuant l’impact environnemental ». Si le projet est accepté par la Commission Européenne, Animine interviendra alors dans un consortium associant Universités et PME européennes, comme expert de l’intégration des oligo-éléments dans les aliments pour porcs et volailles…

CC

… Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 652 – Décembre 2011

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.