Tecaliman : « 30 ans de fondation »

Tecaliman organisait un symposium un peu particulier, le 16 mars dernier à Nantes, puisque le centre technique  fêtait aussi ses trente ans d’existence. L’occasion de dresser le bilan des avancées technologiques mises au service de l’alimentation animale, tout en se penchant sur les perspectives liées aux nouveaux enjeux mondiaux.

Yves Brochard, président de Tecaliman : « La France jouit d’une bonne image de marque, associée à la qualité technologique. »

Créée en 1981 sous l’impulsion de l’Inra (à travers la figure de Jean Delort-Laval), Tecaliman est née d’un besoin technologique à résoudre. « On assiste à l’époque à une explosion des constructions d’usines, et l’axe technique prend une grande importance, d’autant qu’on a affaire à des tonnages énormes », rappelle Yves Brochard, son président. L’association a donc pour finalité d’apporter les connaissances techniques nécessaires aux acteurs de la filière (rédaction de fiches techniques, contribution au cahier des bonnes pratiques, thèses sur des problématiques du secteur…).

Avec un chiffre d’affaires cumulé de12 millions d’euros qui ont contribué à la recherche technique en alimentation animale, l’association fonctionne essentiellement sur ses ressources (8% seulement de subventions dédiées, de la part de la Région, de l’État) et bénéficie de « l’effet multiplicateur de ce regroupement de professionnels », souligne son président Yves Brochard, qui rappelle que Tecaliman regroupe 90 % de la fabrication de tonnage français et que « 100 % des adhérents sont fidèles ». Le mode de fonctionnement est collaboratif, c’est-à-dire que 70 % des membres adhèrent aux travaux. Aujourd’hui Tecaliman travaille avec un budget de fonctionnement de 600 000 euros, dont 60 % sont dédiés au personnel et 40 % à l’investigation et la recherche. La prestation de services constitue également un axe important, auprès des adhérents et non adhérents.

Membre de plusieurs réseaux de la filière agroalimentaire (Actia, Itavi, Afssa…) Tecaliman est aussi membre fondateur d’Eufetec (European Feed Technology Center) qui fédère au niveau européen les études en matière de technologie dans la filière. Le centre de recherche en technologie a fourni un important travail sur les contaminations croisées, reconnu à l’international à travers un référentiel qui assoit la « méthode tecaliman ». L’association assume également un rôle d’observatoire en benchmarking, consistant à étudier les évolutions de la profession dans différents pays et de restituer la connaissance auprès des adhérents.

Rencontres industrielles

Luc Guyau, président du conseil de la FAO, s’adressant aux fabricants d’aliments : « Vous êtes surveillés, vous avez un devoir de transparence. »

Aujourd’hui, grâce à ses « trente ans de fondation », Tecaliman se dote de nouveaux outils pour redynamiser la structure : les Rencontres industrielles techniques et technologiques (Ritt). Présentées comme une tribune d’échanges entre industriels, ces Ritt visent à devenir des « moments forts pour équipementiers et fournisseurs de matières premières ». « Sur la base d’une charte d’intervention, les Ritt vont mettre en place une scène d’échanges autour de la technologie, avec des comités d’évaluation des présentations techniques et scientifiques, validées par conseil scientifique et conseil d’administration de Tecaliman, assisté d’Oniris », explique Fabrice Putier. « Il s’agit de contribuer à la promotion de nouveaux procédés tout en évitant d’être un cénacle de représentations commerciales. » La première réunion est fixée au 6 octobre, avec une régularité d’une fois par an dans un premier temps.

Le symposium de Nantes a dressé un panorama des avancées industrielles réalisées dans le secteur de la nutrition animale et des perspectives envisagées face aux nouveaux enjeux mondiaux, liés à la sécurité alimentaire et aux préoccupations environnementales. Scientifiques et industriels se sont interrogés sur les façons d’optimiser les coûts de production et se sont penchés sur les nouvelles pistes de recherche, tandis que des spécialistes du monde entier sont venus dresser un tableau économique du secteur continent par continent.

Sarah Le Blé

Retrouvez l’intégralité du dossier consacré au Symposium Tecaliman dans la RAA 645 – Avril 2011

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.