Enquête mondiale : la production d’aliments dépasse le milliard de tonnes métriques

L’enquête mondiale Alltech 2017 sur l’alimentation animale, « la plus complète jamais réalisée », présente les résultats obtenus dans 141 pays et plus de 30 000 usines de fabrication d’aliments. Pour la première fois depuis plusieurs années, l’Union européenne connaît une croissance de ses tonnages.

L’enquête mondiale 2017 réalisée par Alltech sur l’alimentation animale affiche une augmentation de +3,7 % du tonnage global d’aliments par rapport à l’an passé. « Cela illustre clairement l’efficacité croissante et la consolidation de l’industrie de l’alimentation animale, souligne Aidan Connolly, directeur de l’innovation et vice président d’Alltech. Non seulement le total de la production a dépassé pour la première fois le milliard de tonnes métriques, mais en plus ce résultat a été atteint avec moins d’usines (NDLR : -7 % depuis 2012, date de la première enquête mondiale Alltech). Cela démontre une meilleure efficacité et une diminution de l’empreinte environnementale. »

Top 10 mondial des pays producteurs d'aliments pour animaux. Tonnage en tonnes métriques (source : Alltech)

Top 10 mondial des pays producteurs d’aliments pour animaux. Tonnage en tonnes métriques (source : Alltech)

Cette enquête, qui évalue la production d’aliments composés pour les animaux ainsi que leurs prix, grâce aux informations collectées par les équipes commerciales d’Alltech à travers le monde et en partenariat avec les associations d’alimentation animale locales, montre que les dix premiers pays comptent 56 % des usines de fabrication d’aliments et représentent 60 % de la production totale. Les États-Unis et la Chine sont en tête avec un tiers de la production mondiale. Suivent le Brésil, le Mexique, l’Espagne, l’Inde, la Russie, l’Allemagne, le Japon et la France.

La Chine reste le plus grand producteur d’aliments, avec 187,2 millions de tonnes métriques. Sur le continent asiatique, le Vietnam affiche une augmentation de +21 % au cours de l’année passée et fait désormais partie, pour la première fois, des quinze premiers pays producteurs, essentiellement grâce à l’augmentation de la production d’aliments porc et poulet de chair. « L’Asie reste l’un des continents les plus chers pour l’élevage d’animaux, avec des prix d’aliments au Japon parmi les plus élevés de la planète, et ceux de la Chine parfois deux fois plus élevés que dans la plupart des pays du top 10 », indique le géant américain.

En Amérique latine, le Mexique a connu la plus grande augmentation de son tonnage, qui représente à présent 20 % de la production totale du territoire. Un chiffre qui correspond à près de la moitié de la production brésilienne totale. En comparaison avec les prix pratiqués aux États-Unis, les prix brésiliens sont 20 % plus élevés pour le porc et 40 % plus élevés pour la volaille. En Amérique du Nord, leader dans la production pour les bovins viande, la dinde, les animaux domestiques et les chevaux, la production reste relativement fixe.

De son côté, l’Europe connaît pour la première fois depuis plusieurs années une croissance du tonnage, menée par l’Espagne, avec 31,9 millions de tonnes produites en 2016, soit une augmentation de +8 %. En Allemagne, en France, en Turquie et aux Pays-Bas, les volumes ont diminué. Mais c’est la production africaine qui a connu la croissance la plus rapide, et ce pour la cinquième année consécutive. Le Nigeria, l’Algérie, la Tunisie, le Kenya et la Zambie affichent +30 %. Cependant la région garde du retard en termes d’alimentation animale par tête et possède les prix parmi les plus élevés. « Sur le plan mondial, nous estimons la valeur du secteur de l’alimentation animale à 460 milliards de dollars », indique Aidan Connolly.

(…)

E. Mouraud

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 705 – Avril 2017

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.