Aliments composés : Un repli de 5,9 % en 2009

Le conseil des ministres a adopté un projet de loi de « modernisation » de l’agriculture et de la pêche. Ce texte, qui sera examiné au Parlement après les élections régionales, vise à renforcer la compétitivité de l’agriculture française et à stabiliser le revenu des exploitants, au moyen notamment de contrats écrits avec les acheteurs.

Les fabrications françaises d’aliments composés, appréciées sur les usines produisant plus de 30 000 tonnes par an, se sont établies à 20,3 millions de tonnes (Mt) en 2009, affichant ainsi un repli de 5,9 % par rapport à 2008 (après +0,9 % en 2008 et +3,7 % en 2007). Les aliments bovins (4,5 Mt) se contractent de 10,2 %, les aliments porcs (5,77 Mt) de 6,8 % et les aliments volailles (8,2 Mt) de 2,9 %. Le second semestre s’est révélé moins mauvais que le premier, le dernier trimestre confirmant cette tendance au redressement. De fait, entre octobre et décembre 2009, les aliments volailles retrouvent pratiquement leur niveau de 2008, grâce à une reprise des aliments poulet (+3 %) et pondeuses (+2 %). Les aliments ovins et caprins, quasiment stables entre les deux années, affichent une nette progression (+6,5 %) au dernier trimestre 2009. Les aliments porcs et bovins sont mieux orientés en fin d’année, avec des replis ramenés, respectivement, à 2,5 % et 3,3 % entre décembre 2008 et 2009. En revanche, les aliments lapins et d’allaitement « continuent de chuter de façon importante », commentent le Snia et Coop de France Nutrition Animale dans leur note de conjoncture du 15 février 2010. Entre 2008 et 2009, ils abandonnent 6,1 % et 7,9 % respectivement.

En décembre 2009, la Bretagne a vu ses fabrications d’aliments composés progresser de 0,5 % par rapport à décembre 2008, le poulet (+6,4 %), la pondeuse (+3,3 %) et les ruminants (+28,5 % en ovins, +4,6 % en bovins) permettant d’amortir les replis du porc (-0,2 %), du lapin (-2,3 %) et surtout de la dinde (-7,3 %) – cette dernière espèce abandonne 8,7 % en 2009 au niveau national. Les autres régions d’élevage sont restées orientées à la baisse en décembre, même si le sud-ouest parvient pratiquement à l’équilibre (-0,5 %). Contrairement au centre-ouest (-3 %), pénalisé par les aliments porcs (- 11,3 %) et lapins (-6,3 %).

B. C, paru dans La Revue de l’Alimentation Animale – Mars 2010 – N° 634

Bretagne : des perspectives « plus favorables pour 2010 »

Après deux années de hausse, les fabrications bretonnes d’aliments composés industriels ont chuté de 6,1 % en 2009 pour revenir à environ 8,5 millions de tonnes (Mt), indique l’Afab (1) dans un communiqué du 22 janvier. Les plus fortes baisses ont été enregistrées dans les aliments bovins (-15,8 % à 1 Mt) et porcins (-6,2 % à 4,1 Mt). Le repli des aliments volailles a été limité à 2,6 % (3,2 Mt) grâce à une reprise des aliments poulets (+2,2 %), notamment en label dont les fabrications progressent de 9 % par rapport à 2008. Plus généralement, « les chiffres de la fin d’année 2009 laissent espérer, pour 2010, une année meilleure pour les filières animales avec, en particulier, une reprise des fabrications d’aliments bovins. Après une baisse continue des fabrications d’aliments pour vaches laitières, une reprise semble avoir été engagée en décembre avec des fabrications en hausse de 0,5 % », indique l’Afab. Laquelle rappelle que « les fabricants industriels d’aliments du bétail ont apporté en 2009 un soutien financier important aux filières et aux éleveurs », sous la forme d’aides en trésorerie pour un montant de « plus de 10 millions d’euros par jour ».

(1) Afab : Association des fabricants (bretons) d’aliments du bétail.


Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.