Gascogne, troisième fabricant européen de sacs

Avec une capacité de production de 550 millions d’unités, Gascogne est le troisième fabricant européen de sacs. Dans un entretien, Olivier Tassel, directeur général de la division emballage, explique la stratégie du groupe landais. Des propos complétés de témoignages de techniciens de l’entreprise.

Olivier Tassel, directeur général de la division emballage : « Nous sommes un groupe atypique ».

La Revue de l’Alimentation animale : Pouvez-vous nous présenter votre groupe ? Olivier Tassel, directeur général de la division emballage :
Gascogne est une entreprise landaise née en 1925. Nous avons deux activités : le bois et l’emballage. La seconde, la plus importante, se divise en trois pôles. Le premier est la papèterie. Nous sommes le leader européen du kraft naturel frictionné. On retrouve ce papier technique sur les marchés de l’agroalimentaire pour des sacs de petite et moyenne contenance. Comme nous fabriquons de la pâte, nos papiers peuvent être utilisés au contact direct des aliments. Nous sommes également le leader des papiers intercalaires antiglisse. Ces produits permettent notamment aux verriers de transporter des palettes sans que les fardeaux ne glissent. Le deuxième pôle concerne les flexibles (emballages souples, ndlr). Nous réalisons des complexes multimatériaux (papier, aluminium, etc.) qui servent à fabriquer des produits semi-finis destinés à l’isolation thermique des bâtiments et à l’alimentaire sec et gras. Nous fabriquons également des produits siliconés. Ce sont des supports techniques sur lesquels les industriels qui passent après nous dans la chaîne de valeur installent un certain nombre de matériaux pour aller vers le produit fini. En outre, nous réalisons des gommages qu’on retrouve sur les bandes de fermetures de caisses et sur l’entourage des sacs poubelles. Enfin, nous sommes le troisième fabricant européen de sacs. Les sacs en papier à valve sont autofermés et sont utilisés pour les matériaux de construction. Les sacs à gueule ouverte sont fermés après remplissage par celui qui les utilise. On retrouve ces produits dans l’alimentation humaine et animale. Le petfood est une activité importante avec le Pinch Bottom*, également utilisé en alimentation animale. S’y ajoutent des sacs de petite et moyenne contenance pour l’alimentation animale, le petfood, les litières et le charbon de bois. Par ailleurs, nous sommes un gros opérateur pour les sacs plastiques avec deux produits : le Square* et le Single Lip*. Ceux-ci se caractérisent par un niveau d’impression très élevé, une durée de conservation importante et une barrière aux odeurs et à la graisse dont ont besoin les fabricants de petfood.

Le petfood représente plus du quart de la production de sacs du groupe.

RAA : Que représentent l’alimentation animale et le petfood dans votre activité ?
O.T.  : Représentant entre 25% et 30% de notre activité, le petfood connaît une forte croissance qui correspond à un phénomène sociétal : les gens ont besoin de s’occuper de leurs animaux de compagnie. En revanche, l’alimentation animale est relativement stable.

RAA : De quelle manière appréhendez-vous le défi environnemental ?
O.T. : Pour les sacs en papier, nous nous fournissons avec une certification PEFC ou FSC en fonction du type de papier et de sa provenance. Par ailleurs, dans nos différentes activités, nous avons calculé le bilan carbone de la plupart de nos produits. Nos approvisionnements sont biosourcés afin que nos produits soient recyclables.

RAA : Quels sont les projets de l’entreprise ?
O.T. : Nous sommes un groupe atypique. Exerçant plusieurs activités, nous investissons sur l’ensemble de nos sites industriels. Au cours des quinze dernières années, le groupe aura investi 100% de son chiffre d’affaires. Concernant les sacs, nous avons suivi la croissance de nos clients avec le Single Lip. Très étanche, celui-ci est destiné au petfood. Et comme on arrive vite à des goulots d’étranglement, nous avons investi dans l’impression. En juillet prochain, nous rentrerons une ligne de petite et moyenne contenance. Suivra, en 2023-2024, une seconde ligne Single Lip.

 

Propos recueillis par Gilles Hardy

 

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.