SIA 2010 « Élevages Demain » : un programme sur dix ans

À l’occasion du Salon international de l’agriculture 2010, l’Inra et onze partenaires des domaines de la recherche, de l’enseignement supérieur, du développement et des filières professionnelles (1) ont présenté, le 1er mars, un programme national de recherche et développement « ambitieux et de longue durée », dénommé « Élevages Demain ». Objectif : promouvoir des systèmes de production animale « à hautes performances économiques et environnementales », autrement dit durables.

En dépit des apparences…, le SIA 2010 a enregistré une légère baisse de sa fréquentation : 652 189 visiteurs contre 670 000 en 2009, année un peu euphorique certes (voir la RAA n° 625 page 48). Mais il a fait nettement mieux qu’en 2008 : 610 000 visiteurs seulement.

Les douze partenaires se sont organisés sous la forme d’un Groupement d’intérêt scientifique (Gis). Celui-ci va mobiliser, sur dix ans, plus de 300 chercheurs, ingénieurs et enseignants-chercheurs mobilisés sur les systèmes de production animale, et plus de 20 plateformes réparties sur tout le territoire pour l’expérimentation sur les conduites d’élevage, leurs impacts et services environnementaux et la gestion des effluents, ainsi que des sites pilotes et des réseaux d’exploitations. « Cette démarche s’inscrit dans la volonté de l’ensemble des acteurs des filières animales (ruminants, porcs, volailles) de proposer de nouveaux modèles productifs économiquement viables, respectueux de l’environnement et socialement acceptables et équitables », souligne l’Inra dans un communiqué.

« Face à la crise économique et aux demandes sociétales de plus en plus pressantes, les systèmes de production animale doivent trouver une nouvelle dynamique qui leur permette de conjuguer viabilité économique et performances environnementales, tout en produisant des aménités reconnues par la société (maintien de la qualité des ressources naturelles, de l’emploi local, de l’identité et du patrimoine culturel des territoires). Le défi est de proposer des solutions qui soient innovantes, adaptées à la variété des contextes territoriaux, et qui favorisent une amélioration conjointe de l’ensemble des performances. » « Nous allons travailler à différentes échelles, l’animal et sa conduite bien sûr, mais l’exploitation et des entités géographiques ou économiques plus larges, comme les groupes d’exploitations ou les territoires, seront privilégiées. Aborder les questions à ces niveaux englobants va nous ouvrir de nouvelles possibilités d’actions pour mieux appréhender les impacts environnementaux tout en intégrant pleinement les services rendus par l’élevage », précise Jean-Louis Peyraud, chercheur à l’Inra et co-animateur du Gis.

Quatre axes prioritaires

L’ambition du programme « Élevages demain » est de favoriser les synergies entre les acteurs Recherche – Formation – Développement. « Il s’agira de construire ensemble et de diffuser les innovations en faisant émerger des projets collaboratifs de R & D », souligne René Baumont, chercheur à l’Inra et également co-animateur du Gis. « Les acteurs du développement disposeront ainsi de méthodes et d’outils opérationnels pour proposer, dans le cadre d’une approche multicritères, un conseil adapté aux éleveurs et acteurs des filières et des territoires. L’ensemble des résultats de recherche (connaissances, démarches et méthodes) sera intégré aux contenus des enseignements spécialisés afin de former les professionnels de l’élevage, actuels et futurs, aux enjeux du développement durable. »

Le Gis « Élevages Demain » se fixe quatre axes d’étude prioritaires :

– Fonctionnement des systèmes de production animale : maîtrise des cycles biogéochimiques et des bilans énergétiques, rôle des systèmes de production animale dans la gestion de la biodiversité et des paysages, adaptation des animaux et de leur conduite aux enjeux de la durabilité, amélioration de la flexibilité des systèmes face aux aléas ;

– Pilotage des systèmes de production animale : processus individuels et collectifs de décision dans les exploitations, filières et territoires ;

– Facteurs et contraintes externes influençant le comportement des acteurs ;

– Production d’indicateurs, éco-conception et évaluation des systèmes de production.

B. C.

(1) Le Gis « Élevages Demain » associe des organismes de recherche (Inra, Cemagref), de grands établissements de formation (Agrocampus Ouest), des organismes de recherche et développement (Institut de l’Élevage, Ifi p, Itavi, Sysaaf, APCA) et des interprofessions concernées (Cniel, Interbev, Inaporc, FGE).

La Revue de l’Alimentation Animale – Avril 2010

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.