Durabilité : la profession engagée

La durabilité s’appuie sur trois piliers : économique, social et environnemental. Rencontrés au Space, les fabricants d’aliments comme les fournisseurs de matières premières et d’additifs sont pleinement engagés. Tour d’horizon des différentes actions et initiatives menées par la profession.

Altilis Nutrition Animale – La nutrition pour une agriculture efficace

Evergrow, nouveau partenaire d’Altilis Nutrition Animale, utilise des produits (roches) déclassés pour obtenir du phosphate, ce qui permet d’avoir une source de phosphate aux portes de l’Europe. « Au niveau d’Altilis nous sommes un intermédiaire. On peut jouer sur les transports, en travaillant sur une notion plus régionale que mondiale. Relocaliser une partie des approvisionnements et des productions », indique Laurent Bastide, P-dg. Magnesitas, le fournisseur en magnésie d’Altilis a mis en place des panneaux photovoltaïques pour substituer une partie de leur électricité. Ils ont des projets de biométhaniseurs avec les éleveurs de la région. « Ce genre de choses, on le retrouve chez tous nos fournisseurs. » Les produits vendus par Altilis « permettent de réduire les rejets en élevage et permettent l’efficacité alimentaire. Si on veut conserver une agriculture efficace, il va falloir accepter l’idée de passer par la nutrition et que ce n’est pas incompatible d’ajouter des additifs ». Aurélie Levagnini, responsable marketing et technique, complète : « les émulsifiants permettent d’éviter des pertes de matière au moment de la granulation. Ce sont des produits qui limitent donc le coût énergétique puisque le concept de granulation est optimisé ».

 

Bonilait – RSE : trois thématiques importantes

Ludovic Ducrocq, responsable nutrition animale.

En termes de durabilité, Bonilait travaille sur trois domaines au sein de sa politique RSE : le bien-être animal, l’huile de palme et le packaging. « Notre produit Heat Stress Control participe à l’amélioration du bien-être animal en gérant le stress thermique des veaux et en améliorant l’immunité. De façon plus générale, tout ce que l’on propose en nutrition santé est un progrès parce qu’avoir une démarche de prévention sur les animaux est toujours intéressant sur le plan des performances et également au niveau du bien-être animal », explique Ludovic Ducrocq, responsable nutrition animale. L’huile de palme est une huile végétale couramment utilisée dans les aliments d’allaitement. Depuis quelques années, Bonilait réduit très fortement l’utilisation de cette huile et particulièrement en France. « Aujourd’hui, 25 à 30 % de nos aliments d’allaitement ne contiennent plus d’huile de palme », décrit le responsable de la nutrition animale. Pour substituer à l’huile de palme, Bonilait a opté pour des huiles végétales locales comme l’huile de tournesol, disponible en France ou dans les pays limitrophes. Cette démarche rejoint la problématique d u transport qui permet donc de réduire le bilan carbone. Sur les questions de packaging, « nous souhaitons améliorer la recyclabilité de nos emballages et également réduire la quantité de matière employée au niveau de ces emballages ». La majorité de l’énergie produite sur le site de fabrication est fournie par une unité biomasse qui permet la décarbonation des activités du site. L’entreprise s’est inscrite dans des objectifs globaux de réduction carbone. « Tout ce qui pourra contribuer soit en termes d’énergie, d’approvisionnement de matières premières, d’efficacité alimentaire, est bienvenu. D’ailleurs sur ce dernier point, nous proposons le programme Once a Day. » Ce programme repose sur une quantité limitée d’aliment (35 kg), ce qui est intéressant du point de vue bilan carbone, « quand on sait qu’en moyenne un programme lacté va consommer 50 kg d’aliment d’allaitement », conclut Ludovic Ducrocq.

 

Denkavit – La démarche Denkagreen

Denkavit, entreprise familiale créée en 1929, est un acteur de la production de veaux de boucherie en France et expert de l’alimentation pour les jeunes animaux d’élevage. La démarche RSE du groupe, nommée Denkagreen, repose sur quatre priorités stratégiques de l’entreprise : le bien-être animal, le bienêtre des salariés, le choix de matières premières durables et la réduction de l’empreinte environnementale. Laura Delaurière, responsable marketing, nous explique : « nous avons toute une stratégie groupe mise en place. Nous mettons en place des actions très concrètes avec des indicateurs clés. Pour la gestion des déchets en élevage nous avons un partenariat avec Adivalor (organisme qui collecte les sacs et les revalorise) et nous sommes signataires Duralim ». D’autre part, Denkavit valorise des coproduits laitiers pour fabriquer ses aliments d’allaitement. Emmanuel Germain, chef produit ruminants : « nous valorisons des coproduits qui ne seraient pas utilisables tels quels en alimentation humaine, le lactosérum issu de la fabrication du fromage et le lait écrémé issu de la fabrication du beurre. Ses coproduits sont valorisés sous forme d’aliment pour les jeunes ruminants ». Pour Laura Delaurière, il est « important de mettre en avant cette circularité et de valoriser ces coproduits ».

Éva Marivain et Ermeline Mouraud

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.