Valorex Nutrition Animale : un nouveau déploiement sur l’Hexagone

Le 4 septembre dernier, Valorex a réuni la presse, sur son site de Combourtillé, afin d’annoncer son nouveau déploiement national. En effet, le groupe va passer de 3 à 6 usines de production de thermo-extrusion. Historiquement présent dans le Grand Ouest, le groupe se déploie dans le sud et dans l’est de la France. Visite des lieux.

Pierre Weill, président Valorex, Béatrice Dupont, directrice du développement et Stéphane Deleau, directeur général, ont annoncé le nouveau déploiement de l’entreprise en 6 sites.

Pierre Weill, président Valorex, Béatrice Dupont, directrice du développement et Stéphane Deleau, directeur général, ont annoncé le nouveau déploiement de l’entreprise en 6 sites.

« Valorex Nutrition Animale souhaite se rapprocher non seulement des zones de consommations d’aliments extrudés, mais aussi des zones de production de graines oléoprotéagineuses, introduit Pierre Weill, président de Valorex. Nous avons donc décidé d’orienter notre stratégie industrielle vers une augmentation de nos sites de production dans l’est et au sud de la France. »

Le groupe annonce que 80 % des fabricants d’aliments en alimentation animale emploient la technologie Valorex. Une quinzaine d’entre eux utilise l’ensemble du savoir-faire de la société : incorporation des aliments extrudés dans leurs produits à des fins zootechniques, mais également les outils tels que Visiolait (1). D’autres achètent ces aliments pour répondre au cahier des charges de la filière Bleu-Blanc-Cœur. Certains, ayant une activité de vente d’aliments pour bovins, porcelets et/ou aliments mash, se rapprochent également de Valorex pour des raisons zootechniques et marketing.

Trois nouveaux sites

L’entreprise a déjà renforcé sa présence industrielle dans le Grand Ouest ses dernières années.

Le site historique se situe à Combourtillé en Ille-et-Vilaine (35). C’est le siège social du groupe depuis 1993, mais le premier extrudeur a été mis en service dans l’usine historique en 1987. « En 2014, elle produit 99 000 t d’aliments extrudés dont : 89 000 t pour le marché français et 10 000 t pour l’export, détaille Stéphane Deleau, directeur général Valorex. Nous bénéficions d’une production locale de lin, lupin, féverole et soja. Elle est contractualisée à prix garantis Valorex (2). » Ce site est également dédié à la R&D et possède un hall pilote pour les différents essais du groupe.

Depuis 2005-2006, deux sites permettent l’externalisation d’une partie de la production dans le Grand Ouest. Le premier appartient à la firme-services Inzo° et se situe à Argentan (61), au cœur d’une région productrice de lin et de colza. « Il assure une production de 7 000 t d’aliments extrudés (gamme Rumi) vendus aux fabricants de mash, indique M. Deleau. Ce site ne nous appartient pas et nous fonctionnons sous contrat de prestation industrielle. » Le second site, Feedex, appartient quant à lui à 100 % à Valorex depuis 2006. Cette unité se situe à Châtillon-en-Vendelais (35). « Elle produit 10 000 t d’aliments certifiés agriculture biologique destinés à des fabricants français. »

Depuis le début de l’année 2014, Valorex est donc passé de 3 à 6 sites produisant des aliments extrudés sous licence de marque Valorex. Le premier rapprochement s’est fait avec l’entreprise Ekoranda (Ingrandes-sur-Vienne (86)), au sein de laquelle 3 actionnaires sont réunis : Sofiprotéol (24 %), Valorex (25 %) et Terrena (51 %). Elle produit 15 000 t d’aliments extrudés dont 10 000 t vendues à Terrena et 5 000 t vendues par Valorex pour ses clients fabricants d’aliments. « Ce site bénéficie de productions de graines de lin, lupin, féverole et soja organisées par Terrena et contractualisées par Valorex », précise le directeur général.

(…)

Caroline Morice

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 680 octobre 2014

Tags

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.