Sud-Ouest Aliment : union réussie

Dans le Sud-Ouest de la France, la structuration d’un ensemble régional puissant, autour de Sud-Ouest Aliment, illustre parfaitement la démarche d’alliance poursuivie par Evialis France et les coopératives régionales partenaires du groupe InVivo.

En juillet 2012, Sud-Ouest Aliment et Evialis France ont conclu un accord pour l'intégration du site Evialis d'Orthez, dans les Pyrénées-Atlantiques.

En juillet 2012, Sud-Ouest Aliment et Evialis France ont conclu un accord pour l’intégration du site Evialis d’Orthez, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le groupe Sud-Ouest Aliment (Soal) avance d’un pas rapide mais assuré. Leader de la nutrition animale dans le Sud-Ouest, il représente désormais près de 750 000 tonnes d’aliments commercialisées par an (avec ses filiales). Pour en arriver là, la structure a franchi avec succès plusieurs étapes. Cinq ans après sa création à partir de la fusion des activités de trois coopératives locales, Soal continue d’afficher une croissance régulière sur son périmètre historique. En juillet 2012, l’intégration du site Evialis d’Orthez (Pyrénées-Atlantiques) et de l’activité commerciale associée lui ont permis de réaliser un pas supplémentaire.

Ce nouveau chapitre dans la vie du groupe s’est ouvert quelques mois plus tôt. La stratégie d’alliance pour la constitution de structures régionales fortes, menée par Evialis France en partenariat avec les coopératives adhérentes du groupe InVivo, a permis d’engager les réflexions autour des sites Evialis basés en Aquitaine et Midi-Pyrénées. « La piste d’un rapprochement était très intéressante pour Soal », affirme son président, Jean-Louis Zwick. Ce dernier évoque une réelle complémentarité entre les structures. « La société Evialis apportait une vraie valeur ajoutée, avec une gamme différente de celle de Soal, un volume d’activité intéressant, un site industriel, mais aussi des équipes et leur management, ainsi qu’un savoir-faire que nous n’avions pas ».

Une opération gagnant/gagnant

En apportant cette usine et son activité commerciale, Evialis France est devenu actionnaire à hauteur de 11 % du nouvel ensemble. Un accord de concession de la marque Evialis fait également partie de l’opération. « Evialis dispose d’une gamme nationale, ancienne et très marketée, tournée notamment vers le grand public, avec un certain nombre de spécialités reconnues, commente Jean-Pierre Brethous, le directeur commercial de Sud-Ouest Aliment. Elle est donc située sur des créneaux parfaitement complémentaires à la gamme Soal, qui est plus jeune et principalement orientée vers le monde agricole et notamment les filières organisées ». Les dirigeants évoquent donc une opération « gagnant/gagnant ». (…)

Le président de Sud-Ouest Aliment, Jean-Louis Swick (à droite) et le directeur commercial, Jean-Pierre Bréthous, se félicitent de la croissance régulière de leur groupe.

Le président de Sud-Ouest Aliment, Jean-Louis Swick (à droite) et le directeur commercial, Jean-Pierre Bréthous, se félicitent de la croissance régulière de leur groupe.

La mise en œuvre d’une fusion n’est pas une démarche inconnue chez Soal. En effet, le groupe a vu le jour dans sa forme actuelle il y a cinq ans seulement. La structure a été constituée en 2008 à partir du regroupement des activités en nutrition animale des groupes coopératifs Maïsadour (actionnaire majoritaire), Vivadour et Gascoval. D’autres partenaires locaux participent également à l’aventure, à l’image des coopératives gersoises Gersycoop et Terres de Gascogne, cette dernière ayant formé avec Gascoval le groupe Val de Gascogne en 2012.

En fusionnant les usines et les fonds de commerce (Aliso, Descal, Landal et Pyrénal), les coopératives ont fait le choix de s’unir pour donner naissance à une structure régionale forte, s’appuyant sur une marque unique. Malgré une expérience individuelle de plus de quarante ans, le pari n’était pas gagné d’avance. « Nous partions avec des cultures d’entreprises différentes, explique Jean-Louis Zwick. Dans un premier temps, nous avons mené un gros travail d’harmonisation des pratiques. »

À l’occasion de cette fusion, le groupe en a profité pour imaginer une articulation cohérente entre ses dix sites de production. La spécialisation de chacun d’entre eux a notamment permis d’améliorer la régularité et la constance des produits, mais aussi de mettre en œuvre une organisation par filière. Par exemple, une usine est dédiée à la fabrication d’aliments destinés au mode de production biologique.

La diversification vers de nouvelles gammes a également fait partie des choix de développement. « La filière palmipèdes était quasiment à saturation et la production de volailles reste très dépendante des débouchés, explique Jean-Louis Zwick. On a donc essayé de trouver de nouveaux créneaux, à l’image des aliments mash ou floconnés. On s’est également penché sur certaines niches. » La démarche enregistre de belles réussites. Absent de la filière poules pondeuses et reproductrices il y a cinq ans, Soal écoule désormais 5,5 % de ses volumes au travers de ces débouchés.

Le groupe est aujourd’hui présent sur la plupart des marchés de l’alimentation animale. La filière palmipèdes reste toutefois prépondérante, avec 39 % des volumes totaux, devant les volailles de chair (27 %) et les ruminants (13 %)…

Fabien Brèthes

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 670 – octobre 2013

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.