PAT : le Parlement Européen rejoint la feuille de route de la Commission

Les eurodéputés ont adopté mercredi 6 juillet une résolution (non législative) proposée par la socialiste démocrate allemande Dagmar Roth-Behrendt, envisageant la levée graduelle de l’interdiction de nourrir des non-ruminants avec des protéines animales transformées. Constatant « la baisse significative des cas d’encéphalite spongiforme bovine (ESB) dans l’Union Européenne » d’une part, et le « déficit » en protéines de l’Union d’autre part, le Parlement Européen s’est prononcé en faveur de la feuille de route n°2 de la Commission Européenne pour les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), publiée le 16 juillet 2010 (voir RAA 639, p. 19).

La résolution insiste néanmoins sur un ensemble de « conditions strictes » à respecter dans toute révision de l’interdiction des farines animales : les PAT doivent provenir uniquement d’espèces n’ayant aucun lien avec les EST ; elles doivent être données uniquement aux non-herbivores ; les interdictions concernant le cannibalisme (recyclage intra-espèce) doivent rester en place ; les chaînes de production de protéines animales transformées à partir d’espèces différentes doivent être totalement séparées ; seules les PAT propres à la consommation humaine doivent être utilisées. La résolution du Parlement Européen souligne également la nécessité de maintenir des « mécanismes de surveillance et de contrôle stricts ».

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.