GMP+ International : un partenariat pour encourager la production responsable de soja

GMP+ International proposait lors du Space 2013 un séminaire sur le thème « La valeur ajoutée du référentiel GMP+ pour le marché français ». L’organisme de certification développe de plus en plus de reconnaissances mutuelles ou de complémentarités avec différents référentiels internationaux (Qualimat, Ovocom, Oqualim, QS…). Exemple d’un partenariat réussi avec le Soja RTRS.

Le nombre de certifications GMP+  augmente chaque année en France avec une croissance de 8 % par an. C’est une véritable valeur ajoutée pour les entreprises françaises, notamment pour l’export. GMP+ International propose déjà ses référentiels Qualité (GMP+ FSA) et Durabilité (GMP+ FRA) (voir RAA 669, GMP+ International, l’atout d’une certification multidomaines). L’organisme souhaite désormais élargir ses reconnaissances à l’international en se mutualisant ou complétant des référentiels internationaux déjà existants. Le but étant de mettre en place une gestion internationale de la sécurité de toute la chaîne alimentaire et adaptable à chaque pays. Lors du séminaire organisé pendant le Space, l’équipe de GMP+ a invité Daniel Meyer, représentant au Brésil du soja certifié RTRS. Cette rencontre a permis de mieux connaître cette certification et comprendre les enjeux d’un partenariat avec GMP+ International.

Du soja durable

Depuis sa création en 2006 en Argentine, l’association RTRS (Round table on responsible soy association) promeut l’utilisation et la production responsable, sociale et environnementale de soja. […] La certification se base sur 5 piliers ciblés sur la culture du soja. Ils fondent ainsi les standards auxquels doivent répondre les agriculteurs souhaitant proposer du soja RTRS.

[…] L’association demande aux cultivateurs d’être en conformité avec les lois nationales de leur pays notamment concernant les droits d’usage des terres. Le respect des conditions de travail est le second pilier. Le travail des enfants, le travail forcé, la discrimination et le harcèlement sont interdits. Il est demandé de porter une attention particulière à la liberté et à la sécurité de tous les travailleurs de l’exploitation. […]

Le 3e point concerne les bonnes relations avec les communautés voisines aux exploitations. […] Tout emploi de pesticides est réglementé. La responsabilité environnementale, 4e critère, concerne entre autre la lutte contre la déforestation. […] Enfin il faut également répondre à de bonnes pratiques d’agriculture en sécurisant au maximum les exploitants employant les pesticides (combinaisons, protection sur les tracteurs…), en élaborant des rotations de cultures…

Daniel Meyer ajoute que : « La demande de soja RTRS est croissante et plusieurs pays ou entreprises souhaitent s’approvisionner. […] »

La certification, valable pendant 5 ans, se fait par le biais d’organismes certificateurs reconnus par l’association. « Le soja peut être OGM ou non-OGM, cela est mentionné dans tous les cas », précise Daniel Meyer.

GMP+FRA et Soja RTRS

La certification RTRS s’intègre donc totalement dans une certification GMP+. Elle concerne la phase initiale de « Culture ». Elle permet d’assurer que la matière première, soja RTRS utilisé au sein de l’entreprise, est conforme pour s’intégrer dans la certification GMP+ FRA pour la production et la vente de produits finis. […]

En France, GMP+ International se développe de plus en plus avec l’accréditation prochaine de 2 organismes de certification (GQC ou Global quality cert et Certis), la traduction des textes en français, une complémentarité avec Oqualim (avec GMP+ FSA), une reconnaissance mutuelle avec Qualimat (transport routier – GMP+B4) et la création de GMP+ Academy, centre de formation GMP dont fait partie l’Asfona (Association pour la formation nationale agricole).

Caroline Morice

Retrouvez l’intégralité de cet article dans la RAA 670 – Octobre 2013

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.