Cop21 : les coopératives agricoles restent mobilisées

« Principales victimes du changement climatique, mais également actrices majeures de la solution, les coopératives agricoles et agroalimentaires françaises poursuivront leur mobilisation en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique », indique Philippe Mangin, président de Coop de France, dans un communiqué paru à la suite de la Cop21. « Pas une semaine ne passe sans qu’une action des coopératives ne soit lancée pour lutter contre le changement climatique. Cela n’est pas assez connu, ni valorisé, nous devons y remédier. » En marge de cet événement, l’ensemble du réseau Coop de France s’est mobilisé pour venir à la rencontre des parties prenantes, soit 13 000 acteurs politiques et économiques en provenance de 58 pays, dont 41 % de délégués de l’Organisations des Nations Unies (ONU), mais aussi organiser plusieurs temps forts et animer des conférences, à Paris et en région. Un dossier de synthèse des prises de parole sera bientôt disponible sur le site internet de Coop de France.

« Cet événement international a permis au secteur de démontrer que les enjeux climatiques sont des réalités quotidiennes auxquelles des solutions collectives ou individuelles sont apportées. Toute la filière alimentaire, couverte par la coopération, est à pied d’œuvre pour améliorer les pratiques agricoles telles que le programme Beef carbone, la démarche AgriCO2, l’accompagnement des adhérents dans l’agro-écologie et l’agriculture de précision, etc. Les modalités de transport comme l’optimisation de la collecte laitière, les investissements dans le fret ferroviaire et fluvial, le développement des biocarburants, etc. Et les consommations de ressources telles que la promotion des énergies renouvelables, le sourcing local à travers des réseaux de distribution coopératifs, la relance de filières comme le soja made in France ou les biomatériaux, le soutien de la filière luzerne, etc. »

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.