Assemblée générale Tecaliman : « La référence dans notre profession »

L’assemblée générale de Tecaliman a eu lieu au mois de mai dernier. Quels sont les temps forts à retenir de l’année 2015 et les projets pour 2016 et 2017 ? Réponses avec le président M. Yves Brochard.

Yves Brochard, président de Tecaliman : « Tecaliman s’inscrit comme la référence de la profession nutrition animale. »

Yves Brochard, président de Tecaliman : « Tecaliman s’inscrit comme la référence de la profession nutrition animale. »

La Revue de l’alimentation animale : L’assemblée générale permet de faire le point sur l’année écoulée. Quelles ont été les actions marquantes de 2015-2016 ?

Yves Brochard : 2015 a vu l’aboutissement de notre plan stratégique confortant nos nouvelles orientations. Dans cet esprit, un certain nombre d’actions ont été mises sur les rails en 2015 et en ce début 2016. On peut surtout mettre en avant quelques points. L’accroissement de la visibilité du centre par plus d’interventions au sein de la profession, notamment auprès des associations régionales qui le souhaitent et par des publications. Cette année nous a permis de confirmer notre volonté d’être encore plus présent en innovation et d’apporter un appui méthodologique à des regroupements ou clubs de professionnels autour de l’innovation partagée.

Nous avons pris contact auprès de l’Association nationale de la meunerie française, l’ANMF, notamment autour de la sécurité des personnels et la mise en place d’une certification de qualification professionnelle d’opérateur en gestion d’installation céréalière. Elle devrait être opérationnelle pour la rentrée 2016, avec des options fabrications des aliments, et assurée par Tecaliman.

Nous sommes également ravis de l’élargissement de nos adhérents vers l’international avec l’arrivée par exemple d’Aritzia au Chili, Euronutec au Mexique porté par la firme-services CCPA, Nutrifort en Algérie, et une prise d’initiative vers l’Espagne en 2016. Nous pouvons annoncer l’adhésion de nouvelles entreprises : Sofragrain, Soréal et Futuragri venant d’un domaine un peu plus marginal, celui des amendements.

Notre équipe opérationnelle s’est agrandie pour faire face à notre développement. Nous avons accueilli un nouvel ingénieur M. Bruno Dolivet en appui de la direction sur l’organisation, les méthodes et la maîtrise des processus internes, et très prochainement nous annoncerons l’arrivée d’un technicien.

Enfin, nous avons mis en place une gestion électronique des données, ou GED, avec la numérisation de la gestion documentaire, plus de 4 500 articles, permettant l’accessibilité rapide au fond bibliographique disponible à Tecaliman, depuis sa création.

RAA : Tecaliman vit au rythme des formations et des programmes d’études mais également d’évènements importants. Pouvez-vous décrire ceux de 2015 ?

Y. B. : Oui effectivement, il est indispensable de participer ou d’organiser des rencontres professionnelles. C’est un travail important de veille et de partage d’idées. Les visites d’usines en Belgique et en Allemagne, ainsi que notre déplacement au Victam à Cologne, ont suscité une très forte participation d’adhérents dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Son intérêt a été

vivement souligné par l’ensemble des participants. Ils seront à renouveler en Europe ou ailleurs, car ils permettent une ouverture d’esprit et une collecte d’informations précieuses.

Notre symposium 2015, sur la maîtrise des coûts énergétiques, a eu une participation plus qu’honorable avec cent dix auditeurs et des interventions de qualité, notamment celle du président de la journée, M. Lemoult, sur le contexte énergétique mondial, dont j’ai retenu qu’il nous aura fallu à peine plus de deux siècles pour dépenser les sources énergies fossiles enfouies pendant des millions d’années !

Nos rencontres sur les innovations techniques et technologiques, ou Ritt, se sont tenues début décembre 2015, dans les locaux Oniris à Nantes, avec pour thème les traitements thermiques en usine de nutrition animale, avec présentation d’innovations par trois sociétés et d’un bel exposé fait par les étudiants. Ce fut également un grand succès avec plus de cent participants dont les étudiants d’Oniris.

Et bien évidemment de nombreux comités et réunions sur des thématiques diverses et variées, dont deux comités de liaison délocalisés. Je regrette que celui organisé dans les locaux de Moulins Evelia à Beaupreau, pour notamment jeter un autre regard sur la meunerie, n’ait pas mieux été gratifié au niveau de la participation. Les échanges qui s’y sont déroulés, de manière ouverte, ont permis de discerner des points de convergence en matière de maîtrise des procédés.

À noter également, une participation toujours aussi importante de nos adhérents pour la vie et le développement de Tecaliman avec 171 personnes présentes en réunion.

 (…)

Propos recueillis par C. Morice

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 697 – juin 2016

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.