Analyse technique : « Composer avec le marché et avec réactivité »

« L’analyse technique consiste en l’étude des graphiques de cours. Elle permet d’analyser le marché avec objectivité », explique Virginie Ciesla-Maudet, fondatrice et dirigeante du cabinet conseil Assertis.
© Assertis

Virginie Ciesla-Maudet, fondatrice et dirigeante du cabinet conseil Assertis, est spécialisée en gestion de la volatilité des prix sur les marchés des matières premières agricoles. Après la flambée des prix, liée à la guerre en Ukraine, elle nous partage son analyse

La Revue de l’alimentation animale : Depuis le début de la guerre en Ukraine, les cours des matières premières agricoles, notamment des céréales, ont connu une amplitude de variation très forte…
Virginie Ciesla-Maudet :  Les marchés ont été directement et profondément impactés par la guerre en Ukraine. Comme jamais. De nouveaux plus hauts historiques ont été marqués, notamment sur les blés et graines de colza, côtés sur Euronext, ou encore l’huile de soja, côtée sur Chicago. Les tourteaux de soja ont, quant à eux, rejoint leur précédent top de 2013.

RAA : Cette évolution des prix des céréales est-elle en corrélation avec le marché du pétrole et plus globalement des énergies?
VCM : La plupart des marchés sont liés. La perméabilité des différents sous-jacents oblige depuis plusieurs années à travailler avec ces différentes composantes. La guerre en Ukraine n’a fait qu’accentuer la tendance haussière des prix qui a commencé en août 2021.

RAA : Comment gérer le risque en période de crise et d’incertitude, comme celle traversée aujourd’hui ?
VCM : Pour travailler de manière efficace sur les marchés, exit les fondamentaux. Ils ont certes leur importance, d’une part pour se faire une idée assez générale du contexte, d’autre part c’est une aide à la décision quant à l’évolution des primes dans le cadre de contrats indexés sur Euronext. En revanche, se restreindre à l’offre et la demande, le climat ou encore la politique pour opérer sur le marché tant à l’achat qu’à la vente, ne permet plus d’appréhender les cours avec un bon indice de performance. L’analyste technique, telle que nous la pratiquons, permet d’analyser avec précision la qualité des tendances de prix (haussières, baissières ou neutres) et, de là, les probabilités d’évolution des cours à venir.

RAA : Un exemple ?
VCM : Fin janvier-début février 2022, les tendances de cours, notamment sur le blé coté sur Euronext, nous envoyaient des signaux de fin de baisse potentielle, nous invitant à renforcer des achats. Le 22 février, deux jours avant l’invasion russe en Ukraine, nous avons préconisé de terminer les achats pour la récolte 2021- 2022. Bien évidemment, nous ne pouvions imaginer un tel tournant de cette ampleur dans l’histoire contemporaine. Le 24 février, les prix étaient propulsés à près de 48€/t plus haut en quelques heures à plus de 340€/t sur l’échéance mai 22. Sept séances plus tard, un nouveau plus haut historique était marqué à 424€/t début mars. Ainsi, alors qu’habituellement les cours naviguent de quelques euros au sein d’une même séance, ils ont atteint des extrêmes avec des amplitudes journalières jusqu’à 56€/t. En neuf séances, les prix se sont envolés de 140€/t, soit 49% de hausse. Du jamais vu en blé. Les cours ont matérialisé des amplitudes multipliées par huit comparé à l’an dernier. Si j’avais voulu chercher la raison de ce changement de tendance en partant des fondamentaux avant même la nouvelle connue, nous aurions été très probablement à contre-courant (….)

Propos recueillis par Ermeline Mouraud

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le numéro 756.

 

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.