Accord pour une meilleure répercussion de la volatilité des prix des matières premières

Le 3 mai dernier, un accord volontaire pour une meilleure répercussion de la volatilité des cours des matières premières dans les filières animales a été signé par les représentants des producteurs, des transformateurs et de la distribution avec le soutien de Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture et de l’alimentation. Cet accord prévoit une clause de rendez-vous en cas de hausse ou de baisse de 10 % (20 % pour le porc) du prix de l’aliment ou du coût de production. Cet accord ne prévoit donc aucune automatisation de la répercussion des variations des coûts de production qui serait « contraire à la réglementation européenne » d’après le ministre. Ce dernier considère par ailleurs que la plus grande avancée de cet accord est « le témoignage de la capacité des parties à travailler ensemble ; c’est en se regroupant que nous trouverons les bonnes solutions ». Philippe Mangin, président de Coop de France, qui fait partie des signataires, se dit « plutôt satisfait car notre priorité est la défense de l’élevage ». Cet accord représente pour Coop de France « un élément tangible, fiable et attesté par les pouvoirs publics qui permettra un indice incontesté et incontestable dans les négociations commerciales ».

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.