Feed Mills Encyclopedia 2011-2021 : « Capturer la beauté structurelle inattendue »

L’encyclopédie des usines de nutrition animale, à paraître en avril, compte plus de 300 pages de photographies prises dans 18 pays. Elle sera accompagnée d’un livret*, dédié aux partenaires. Afin de contribuer à ce projet d’envergure mené par le photographe breton Laurent Bellec, La Revue de l’alimentation animale a choisi de publier certains de ces témoignages. Ce mois-ci, celui d’Alexander Döring, directeur de la Fefac (Fédération européenne des fabricants d’aliments composés).

La Revue de l’alimentation animale : Le projet d’édition de Laurent Bellec d’une encyclopédie photographique des usines de nutrition animale pose un regard original sur cette industrie. En quoi cela est intéressant pour les professionnels du secteur face à cette approche esthétique et quantitative de leur univers ?
Alexander Döring : Le projet vise à créer la plus importante collection photographique jamais constituée d’images architecturales d’usines du secteur de l’alimentation animale en Europe et dans le monde. Laurent Bellec est parvenu à capturer la « beauté » structurelle inattendue et souvent négligée des meuneries. Il offre ainsi un regard neutre mais passionnant sur la profession, en mettant en valeur le design esthétique industriel contemporain. À côté de cela, ce projet illustre les enjeux qui gravitent autour de la nutrition animale et qui s’incrivent parfaitement dans le « Green Deal » proposé par la Commission européenne, à savoir la sécurité alimentaire, la résilience de notre filière dans la crise Covid, l’environnement ou encore le développement durable. En outre, ce sera un outil intéressant car ce travail d’archiviste servira de « mémoire » pour comprendre l’évolution d’une profession au fil du temps.

Laurent Bellec devant une de ses photographies, à Bruges en 2014.

RAA : Comment s’inscrit ce projet dans les missions de la Fefac ?

A. D. : Laurent Bellec a contacté la Fefac en 2012 nous proposant de promouvoir une meilleure visualisation de notre industrie, méconnue par le grand public, par la voie d’un livre photographique sur les usines d’alimentation animale. Nous y avons répondu favorablement car ce projet permettait de mettre en avant nos fabricants par une approche originale et d’attirer un regard neuf sur une industrie qui a souvent été malmenée et mal comprise par le passé. Et ce projet s’inscrit aussi dans les missions de la Fefac dont l’objectif principal est de représenter, défendre et promouvoir les intérêts de l’industrie des aliments composés et de prémélanges, de même que de contribuer aux campagnes de communication publique visant à rehausser l’image de cette industrie.

RAA : Le projet s’est déroulé sur du long terme, dix années. Comment expliquer une si grande durée ? De quelle façon la Fefac a accompagné le projet durant cette période ?

A. D. : La collaboration de la Fefac au projet de Laurent est multifacettes : nous avons invité nos membres européens à l’accueillir dans leurs usines pour qu’il puisse les photographier avec un regard neuf et innovant, nous avons favorisé sa rencontre avec des fabricants hors Europe (Japon, Brésil, Russie, Australie, etc.), nous faisons la promotion de ses livres auprès de nos membres à chaque nouvel opus et nous avons invité Laurent à exposer ses œuvres lors de divers événements, tels notre Congrès à Cracovie en 2013, Victam 2015 à Cologne, le Congrès mondial GFFC à Antalya en 2016, voire encore le 60e Anniversaire de notre fédération en 2019 à Bruxelles.

RAA : La question du regard est primordiale dans ce projet. Quelle image de l’industrie de l’alimentation animale peut se dégager d’une telle édition ?

A. D. : Notre Président, Patrick Vanden Avenne disait en 2013 : des grandes cathédrales en béton qui marquent le paysage dans leur isolement, aux petits moulins traditionnels en briques du centre du village, et aux usines dont l’architecture hybride reflète le passage du temps et l’évolution du métier, Laurent nous fait découvrir la diversité des styles incarnés dans le patrimoine de nos usines. Ces photos nous surprennent par leur style épuré, leurs angles de prise de vue bien choisis et de jolis contrastes de noir et blanc, de couleurs et de nuances multiples, tout en évitant les stéréotypes visuels. Elles sont la preuve que l’efficacité est parfaitement compatible avec le sens de la beauté. C’est le grand mérite de l’artiste de nous apporter à travers ce kaléidoscope un message de beauté et d’histoire. Avec cette encyclopédie unique en son genre, le voyage de Laurent Bellec à travers l’Europe laissera un souvenir impérissable aux générations futures.

Propos recueillis par Laurent Bellec

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.