Afca-Cial : une octogénaire résiliente

L’Afca-Cial a tenu son assemblée générale le 17 juin à Paris. La réunion marquait le quatre-vingtième anniversaire du syndicat. Les débats ont mis en lumière la résilience des métiers de la complémentation animale.

De gauche à droite, les intervenants lors de la table ronde : Carine Courrier, Renaud Domitile, Julien Combes et Sylvain Kerros.

L’Association des fabricants de compléments et fournisseurs d’additifs et ingrédients fonctionnels pour l’alimentation animale (Afca-Cial) a tenu son assemblée générale le 17 juin à Paris. La réunion, qui marquait le 80e anniversaire du syndicat, a débuté par une rétrospective sous la forme d’une dizaine de courtes interventions. Puis, les travaux se sont poursuivis par une table ronde consacrée aux perspectives des métiers de la complémentation. Sous la conduite de Michel Layus, président de l’Afca-Cial, Carine Courrier, directrice générale d’Alliance Nutrition animale, Renaud Domitile, P-dg d’Idena, Julien Combes, responsable France de DSM et Sylvain Kerros, responsable innovation de Phytosynthèse, ont participé aux échanges. Ceux-ci s’articulaient autour de trois thèmes : la sécurité sanitaire des aliments, la durabilité et le triptyque nutrition-santé-bien-être.

La sécurité sanitaire des aliments

« Nous importons beaucoup », a débuté Sylvain Kerros. Les pesticides constituent un sujet d’actualité pour Phytosynthèse. Son représentant a poursuivi : « Les normes européennes sont strictes, mais elles ne sont pas toujours pertinentes sur le plan sanitaire et la réglementation manque d’homogénéité entre l’échelon communautaire et le niveau national. » « Le cadre européen protège la profession de crises éventuelles », a commenté Julien Combes. Renaud Domitile a prolongé l’intervention précédente  : « Nos professions peuvent être fières. Continuons de mutualiser nos analyses  !  » Carine Courrier l’a dit à sa manière : « Impliquant l’amont et l’aval, la sécurité sanitaire constitue un prérequis. » Le maître de cérémonie a déclaré  : «  Par définition, nous sommes demandeurs de cadres. Nous avons bien fait d’anticiper sur la durabilité. » (…)

 

Gilles Hardy

Article à lire en intégralité dans le numéro 758

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.