IFF : l'Institut allemand au centre des recherches

Basé à Braunschweig-Thune au nord de l’Allemagne, l’Institut de recherches sur la technologie de l’aliment de l’IFF (International Research Association of Feed Technology ou Association internationale de recherches sur la technologie de l’aliment) est devenu depuis sa création en 1961 une véritable plateforme de recherches au service de l’industrie européenne de l’aliment du bétail.

C’est l’Association allemande de l’industrie de l’alimentation animale qui a créé l’association IFF le 13 décembre 1961. « À l’époque, l’industrie de l’alimentation animale allemande était en plein boom comme en France, et les professionnels n’avaient ni le temps ni les moyens de mener des recherches sur les nombreuses questions relatives à leur activité », rappelle le Dr Alexander Feil, directeur de l’IFF.

Dr Alexander Feil : « Nous avons accumulé des connaissances considérables sur les technologies de l'aliment du bétail. »

Avec son siège dans un ancien moulin à 60 km à l’Est de Hanovre en Basse-Saxe, l’IFF est ensuite progressivement devenu l’un des rares centres de recherches en Europe spécialisé sur la technologie de l’aliment du bétail. L’association IFF compte à ce jour une centaine de membres, dont 70 % sont d’origine allemande et 30 % d’origine étrangère. La moitié des membres sont des producteurs d’aliments, 30 % des fabricants de matériel et d’usines d’aliments, tandis que les 20 % restant sont des fournisseurs (additifs par exemple). La plupart des membres étrangers proviennent d’Autriche, des Pays-Bas, de Suisse, de Suède, et l’IFF ne compte pas à ce jour de membre français, « l’association Tecaliman faisant un excellent travail », selon les termes du Dr Feil.

Un large éventail d’activités

Depuis sa création, l’IFF a mené 113 projets de recherches ayant représenté environ 14 millions d’euros de subventions, a publié 435 articles scientifiques, organisé 230 sessions de formation, symposiums et colloques avec environ 10 200 participants, et a répondu à des commandes de l’industrie pour environ 6 millions d’euros. « Notre travail de recherche est interdisciplinaire, avec toujours un œil sur les conséquences pratiques pour l’animal », ajoute le Dr Feil.

Les thèmes de recherches, visant à améliorer la qualité de l’aliment tout en diminuant ses coûts de production, émanent essentiellement des membres de l’IFF et sont discutés à plusieurs niveaux : conseil scientifique, bureau de direction et assemblée générale. Depuis 1961, les axes de recherches couvrent tous les stades de la production d’aliment (broyage, mélange, traitement à long terme, granulation, expansion et extrusion, stockage et manutention), le management de la qualité et la sécurité du produit, sans oublier l’échantillonnage et les analyses. Les travaux de l’IFF ont également porté sur les propriétés des process technologiques, notamment sur les effets de matières premières (par exemple composés fibreux, glycérine, légumineuses), d’additifs (coccidiostatiques, vitamines A et E, aliment médicamenteux), de liquides (huiles, graisses, mélasses), ou d’aliments, de minéraux ou prémix.

L’IFF travaille également sur la sécurité des usines et la protection de l’environnement (émission d’odeurs, protection contre les explosions liées à la poussière), sans oublier des recherches contractuelles avec des entreprises (tests techniques, tests de stabilité avec additifs, prémélanges et aliments composés, optimisation des process techniques). « Nous travaillons de plus en plus directement avec des fabricants d’aliments en dehors de l’Allemagne », précise le Dr Feil, qui ajoute que les besoins de la recherche en matière de technologie de l’aliment sont actuellement davantage centrés sur l’hygiène (définition de stratégies appropriées), le comportement de mélanges d’aliments pendant leur fabrication ou la recherche d’une efficacité maximum tout en réduisant l’impact environnemental (voir encadré).

Philippe Caldier

…Retrouvez l’intégralité de l’article  dans la RAA 645 – Avril 2011

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.