Lancée en avril 2018, la Charte Soja de France est le fruit d'un travail collectif visant à sécuriser la production de protéines végétales en France destinée à notre élevage. Son objectif est de produire 650 000 tonnes de graines de

Plateforme d’échange et d’expertise, Qualimat rassemble les acteurs de la filière de l’alimentation animale autour de la qualité nutritionnelle et la sécurité sanitaire de ses matières premières. Lors de sa dernière assemblée générale, l’association a fait le point sur

Destinée aux fournisseurs de matières premières, aux courtiers et aux fabricants d'aliment, la Journée matières premières organisée à Paris le 31 janvier dernier par l'Aftaa (Association française des techniciens de l'alimentation animale) a fait le point

La montée en puissance du bio ne s’est pas démentie cette année dans les allées du Space, notamment auprès des fournisseurs de matières premières. Autre grande tendance de fond : le non OGM.

Le nouveau site internet de l’association Qualimat vient d’être mis en ligne. Sans changer d’adresse (www.qualimat.org), il dispose désormais d’une version mobile. « La charte graphique a été modernisée et l’architecture simplifiée, améliorant la fluidité de

La Commission européenne a adopté, début décembre, de nouvelles mesures concernant l’économie circulaire pour une utilisation plus durable des ressources. Elle exclut désormais les matières premières du champ d'application de la directive-cadre sur les déchets

Au cours de la dernière décennie, la France a reconquis des parts de sa dépendance protéique, plutôt davantage que d’autres pays européens.

Le cabinet conseil Assertis, installé depuis 2004 à Angers, est spécialisé dans l'analyse technique des marchés des matières premières agricoles. Virginie Ciesla-Maudet, créatrice, gérante et analyste, anticipe les tendances, conseille et accompagne les fabricants d'alimentation

L'an passé, sous l'effet de récoltes mondiales exceptionnelles et de stocks importants, les prix des matières premières utilisées en alimentation animale ont considérablement chuté, avant un brusque renversement de situation au cours du mois d’octobre.

Dans un marché en régression, les places portuaires françaises doivent tirer leur épingle du jeu pour capter les flux de matières premières qui feront tourner les usines d’aliments du bétail. Adossées à des complexes agro-industriels

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.