Jodie Rousseau, responsable communication, Julien Le Calvez, directeur commercial et Valère Verdier, responsable marketing.

Vitalac : croissance et indépendance

Outre la dernière phase du chantier d’extension de son usine de Carnoët, dans les Côtes-d’Armor et le lancement d’une nouvelle ligne de production, Vitalac, entreprise spécialisée dans la mise au point et la fabrication de solutions minérales et nutritionnelles pour l’alimentation animale, vient de dévoiler de nombreuses innovations, adaptées aux besoins et à la stratégie des élevages de demain.

Jodie Rousseau, responsable communication, Julien Le Calvez, directeur commercial et Valère Verdier, responsable marketing.

Jodie Rousseau, responsable communication, Julien Le Calvez, directeur commercial et Valère Verdier, responsable marketing.

Chez Vitalac, la rentrée rime avec nouveautés. Référence en matière de micronutrition pour les élevages de porcs, bovins et volailles, l’entreprise bretonne, qui affiche cette année encore une croissance de près de 10 %, a profité du Space pour mettre en avant trois innovations importantes. Principalement à destination des fafeurs : « Les agriculteurs veulent aujourd’hui faire leur travail différemment et plus facilement, avec de nouvelles façons de nourrir leurs animaux, explique Julien Le Calvez, directeur commercial. Ils sont à la recherche de solutions pratiques, techniques et économiques. Nous travaillons avec eux dans ce sens, pour une meilleure rentabilité économique, le bien être des animaux mais aussi le confort de l’éleveur. Notre force est d’être le seul acteur allant de la fabrication à l’élevage : un tiers de nos effectifs se trouve dans des fermes, les pieds dans les bottes. C’est ce qui fait que nous savons proposer des solutions pour l’élevage de demain, qui répondent aux besoins terrain, aussi bien dans un élevage en Chine que chez un agriculteur bio du coin ! » L’entreprise bretonne est présente dans une soixantaine de pays.

Vitalac a ainsi dévoilé durant le salon XL Grain, « destiné à être mélangé aux céréales aplaties pour augmenter l’apport protéique. Mais aussi pour alcaliniser la ration et réduire les risques d’acidose. Cela va dans le sens de l’autonomie protéique des élevages. » L’entreprise mettait aussi en avant sur son stand son travail sur l’immunonutrition, de la truie gestante au porcelet jusqu’au sevrage. L’entreprise a ainsi développé un programme alimentaire (aliments complets, complémentaires, minéraux et prémix), baptisé Nutritec, afin d’anticiper et répondre aux besoins spécifiques de la truie hyperprolifique, « pour produire plus, et de qualité » : poids à la naissance, nombre de nés vifs, homogénéité des portés, qualité du colostrum, etc. « L’enjeu est d’optimiser le transfert immunitaire de la mère au petit. »

Autre innovation : l’acidification programmée, « une approche poussée pour les porcs et volailles », indique Valère Verdier, responsable marketing. Vitalac a très vite utilisé les acides comme solution de sécurité en élevage, limitant le développement de flore pathogène dans les aliments ou l’eau de boisson. « Aujourd’hui, ils sont à la mode avec la démédication : nous, on travaille dessus depuis environ vingt ans ! Une expérience, un savoir-faire qu’on met aujourd’hui en avant avec ce concept d’acidification programmée, des complexes d’acides conçu de manière précise et spécifique dont l’objectif est d’assurer la maîtrise sanitaire et digestive des animaux, grâce à nos connaissances technologiques et zootechniques. Nous travaillons sur la force d’une synergie d’actions programmées tout au long du tractus digestif des monogastriques afin de maintenir une santé digestive de l’animal et de booster le processus naturel de digestion. »

E. Mouraud

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.