Conseil Assertis : l’analyse technique pour gérer la volatilité des marchés

Le cabinet conseil Assertis, installé depuis 2004 à Angers, est spécialisé dans l’analyse technique des marchés des matières premières agricoles. Virginie Ciesla-Maudet, créatrice, gérante et analyste, anticipe les tendances, conseille et accompagne les fabricants d’alimentation animale dans leurs réflexions et actes d’achat, en lien étroit avec leurs stratégies de formulation.

Pour les fabricants d’aliments, la rentabilité repose sur une formulation la plus adaptée possible entre les besoins nutritionnels des animaux et les cours des matières premières. Ces derniers sont la clé de la rentabilité. Les décisions d’achats et la réussite des stratégies de gestion sur les marchés à terme conditionnent le résultat des entreprises. Certaines peuvent s’octroyer à temps complet les services d’un analyste technique expérimenté, mais elles gardent le bénéfice des approches stratégiques élaborées en interne. Virginie Ciesla-Maudet, directrice du cabinet conseil indépendant Assertis est analyste spécialisée sur les marchés des matières premières agricoles, principalement côtés sur NYSE Euronext et le CBOT (Chicago Board of Trade) : blé, maïs, graines de colza, tourteaux de soja…

Virginie Ciesla-Maudet a obtenu, en 2010, le CFTe II (Certified Financial Technical), diplôme international délivré par la Fédération internationale des analystes techniques (Ifta). Elle est également assermentée en céréales et oléoprotéagineux près la Cour d'Appel d'Angers depuis 2001. (Copyright : Assertis)

Virginie Ciesla-Maudet a obtenu, en 2010, le CFTe II (Certified Financial Technical), diplôme international délivré par la Fédération internationale des analystes techniques (Ifta). Elle est également assermentée en céréales et oléoprotéagineux près la Cour d’Appel d’Angers depuis 2001. (Copyright : Assertis)

« Le marché, dont la résultante est le prix, est constitué, d’une part, du bien-fondé de certains éléments fondamentaux comme l’offre et la demande, les enjeux politiques ou encore les devises qui impactent les prix et, d’autre part, de ceux générés par les comportements des différents intervenants. L’analyse des figures graphiques permet de bénéficier d’une photographie globale et matérialise tous les éléments qui composent un marché… dont ces aspects irrationnels », explique l’analyste technique.
Depuis ces dernières années, les marchés ont eu tendance à être délicats à appréhender, entre volatilité et fluctuations parfois indépendantes des fondamentaux. C’est pourquoi l’analyse technique sort son épingle du jeu. « Depuis 2007, les choses ont vraiment changé. Avant, l’analyse technique était utilisée principalement pour les actions et les devises, indique Virginie Ciesla-Maudet. 2007 a été un vrai tournant dans l’appréciation des marchés. La volatilité a été extrêmement importante : les cours sont passés de 130 €/t en avril à 290 €/t en septembre. Une amplitude jamais vue auparavant. Entre les années 1990 et 2000, s’il y avait 15 € d’amplitude, c’était déjà bien ! Nous n’évoluons plus dans le même monde. Il y a aujourd’hui une vraie attente et un vrai besoin avec de fortes amplitudes de cours, et des marchés mondialisés et perméables… Si le pétrole est à 30 $/b, cela n’a pas le même impact sur les céréales que s’il est à 140 $/b. Il en est de même pour les devises. »

Conseil et formation
Après une quinzaine d’années en tant que courtière en céréales et oléoprotéagineux et assermentée près la Cour d’Appel d’Angers, Virginie Ciesla-Maudet a alors commencé, en 2007, à proposer à ses clients des publications basées sur l’analyse technique. Des clients pour qui la gestion de la volatilité des cours de matières premières est aujourd’hui au centre de leurs problématiques. « En 2009, j’ai vraiment concrétisé ce service. Depuis, l’analyse technique est devenue le cœur de métier d’Assertis. » L’activité est maintenant consacrée à 90 % au conseil. Les 10 % restants sont dédiés à la formation : « J’interviens auprès de mes clients et prospects, dans le cadre de formation intra ou inter-entreprises, voire personnalisées, pour donner les clés afin de comprendre la façon dont je parle du marché à terme, et des analyses techniques que je leur fournis. »
Elle accompagne de nombreux industriels de première transformation, comme les fabricants d’aliments. L’objectif : optimiser les transactions pour un produit fini dans un objectif de rentabilité. « Mon rôle est à l’image du cardiologue : il ne va pas dire si son patient va faire prochainement une crise cardiaque. En revanche, il va être en mesure de déterminer si le cœur est en bonne santé ou au contraire fragile. Un peu de la même façon, je ne peux pas prédire un tremblement de terre, mais je vais pouvoir dire si la tendance actuelle est saine, ou inversement s’il y a une fragilité avec un risque de retournement des cours. Je prends en compte les prix, les volumes échangés, le nombre de positions ouvertes. Je filtre les informations et j’établis des probabilités. Assertis donne alors des conseils précis d’achats dans le cadre d’une couverture (pourcentage, prix, échéance). » Le cabinet conseil propose un accompagnement pour gérer au quotidien les prises de décision sur le marché, ce qui permet aux fabricants d’aliments de mieux appréhender les fluctuations et surtout de s’en servir dans une stratégie globale annuelle. « L’implication forte d’Assertis dans le suivi et l’analyse des campagnes qui, si elles se ressemblent au niveau graphique ne se renouvellent pas tous les ans de la même manière, est une vraie expertise. »

Ermeline Mouraud

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.