Enquête Facco/TNS Sofres : 60 millions d'animaux familiers en France

Il est loin le temps des « 30 millions d’amis » ! En 2008, plus de 60 millions de chiens, chats, poissons et petits mammifères partageaient la vie des familles françaises. Plus d’un foyer sur deux possède aujourd’hui au moins un animal familier. La population de poissons, en tête avec ses 36,4 millions d’individus, est suivie de celle des chats, en nette augmentation (10,7 millions) puis de celle des chiens, qui régresse toujours (7,8 millions).

Les chats dits "de gouttière" constituent la majorité de la population féline (63,3% en 2008 contre 54,1% deux ans plus tôt)

Tous les deux ans, la Facco réalise avec TNS Sofres une étude sur la place des animaux de compagnie en France. Pour la 14e édition récemment publiée, une enquête a été menée sur le terrain fin 2008 à l’aide d’un questionnaire adressé à 14 000 foyers français, issus de la base de sondage TNS Postal Access Panel. Les résultats de cette étude permettent d’actualiser les données sur la population d’animaux familiers et sur leurs possesseurs.

Toujours moins de chiens

En 2008, 51,2 % des foyers français possédaient au moins un animal familier (contre 50,6 % en 2006). L’enquête de la Facco a révélé que la population de chiens, avec ses 7,8 millions d’individus en 2008, a poursuivi sa décroissance (-270 000 individus en deux ans, -696 000 en quatre ans) tandis que celle des chats, avec 10,7 millions d’individus, est en constante augmentation (+650 000 individus en deux ans, +750 000 en quatre ans). En France comme dans beaucoup d’autres pays, la population de chats dépasse celle des chiens, en raison notamment de la multi-possession de chats : en 2008, seuls 17,4 % des possesseurs de chiens en ont au moins deux (en baisse de 1 point par rapport à 2006), tandis que 31, 4 % des possesseurs de chats en ont au moins deux (augmentation de 0,5 point par rapport à 2006).

Du côté de la population de chiens, alors que le « bâtard » (23,1 % de la population) se maintient à la première place de la gent canine, le labrador détrône le caniche comme chien de race préféré des Français. Les Français confirment leur attrait pour les chiens de race :

  • 49,7 % (+1,6 point vs 2006) sont de pure race, 20,9 % sont des chiens avec pedigree,
  • 47,2 % des chiens sont des mâles, dont 19 % sont castrés,
  • 52,8 % sont des femelles dont 40 % sont stérilisées.

Le taux de stérilisation augmente régulièrement d’année en année (29,8 % de la population totale de chiens, + 6 points vs 2006) « ce qui est une preuve tangible de la responsabilisation des maîtres qui souhaitent maîtriser la reproduction de leur animal » explique l’enquête. Les chiens vivent principalement dans des foyers de taille moyenne, en zone rurale.

Côté chats, ceux de race indéterminée, dits « de gouttière », ou issus de croisements, constituent la majorité de la population féline (63,4 % vs 54,1 % en 2006). Seulement 4,2 % des chats sont déclarés par leurs maîtres comme étant de pure race dont 1,9 % avec pedigree. Le trio des races préférées est constitué des siamois pour 2,6 % de la population, des Persans (2,2 %) et des chartreux (2,2 %). 44,1 % sont des mâles dont 78 % sont castrés et 55,9 % des femelles dont 68 % sont stérilisées. Sur l’ensemble de la population de chats, le taux de stérilisation est de 72,2 %, en augmentation de 1,8 point vs 2006. Tout comme les chiens, les chats se trouvent en majorité dans des familles de taille moyenne vivant en zone rurale dans des maisons avec jardins.

+ de poissons et – d’oiseaux

Du côté des Nac (Nouveaux animaux de compagnie, autres que chiens et chats), on note un accroissement de la population de poissons comme de petits mammifères : le nombre de poissons a augmenté en 2008 de 4 % par rapport à 2006, passant de 35,1 millions d’individus à 36,4 millions. À noter que 68 % des possesseurs de poissons possèdent un autre animal.

Les petits mammifères, avec leurs 3,2 millions d’individus, sont en augmentation de 10,2 % par rapport à 2006. Les possesseurs de petits mammifères sont un peu plus nombreux, essentiellement grâce au lapin nain (3,7 % de possesseurs vs 3,1 % en 2006).

La population d’oiseaux poursuit quant à elle sa régression « sans doute en raison de l’effet rémanant des mesures de précaution prises en 2006/2007 pour éviter la propagation de l’influenza aviaire, comme l’explique la Facco. Cette population d’oiseaux n’a donc pas retrouvé le niveau antérieur à la crise de l’influenza aviaire et des contraintes alors imposées ».

(1) La Facco est la Chambre syndicale des fabricants d’aliments préparés pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers. Créée en 1965, elle rassemble 25 sociétés nationales et représente l’Industrie française de production et de commercialisation des aliments pour animaux familiers.

N. M. d’après les résultats de l’enquête Facco/TNS Sofres réalisée en 2008.

La Revue de l’Alimentation Animale – Mai 2010 – N° 636

« ce qui est une preuve tangible
de la responsabilisation
des maîtres qui souhaitent
maîtriser la reproduction
de leur animal » explique
l’enquête. Les chiens vivent
principalement dans des
foyers de taille moyenne, en
zone rurale.
Côté chats, ceux de race
indéterminée, dits « de
gouttière », ou issus de
croisements, constituent la
majorité de la population
féline (63,4 % vs 54,1 %
en 2006). Seulement 4,2 %
des chats sont déclarés par
leurs maîtres comme étant
de pure race dont 1,9 %
avec pedigree. Le trio des
races préférées est constitué
des siamois pour 2,6 % de
la population, des Persans
(2,2 %) et des chartreux
(2,2 %). 44,1 % sont des
mâles dont 78 % sont castrés
et 55,9 % des femelles
dont 68 % sont stérilisées.
Sur l’ensemble de la population
de chats, le taux de stérilisation
est de 72,2 %, en
augmentation de 1,8 point
vs 2006. Tout comme les
chiens, les chats se trouvent
en majorité dans des
familles de taille moyenne
vivant en zone rurale dans
des maisons avec jardins.
+ de poissons
et – d’oiseaux
Du côté des Nac (Nouveaux
animaux de compagnie,
autres que chiens et
chats), on note un accroissement
de la population de
poissons comme de petits
mammifères : le nombre
de poissons a augmenté en
2008 de 4 % par rapport à
2006, passant de 35,1 millions
d’individus à 36,4 millions.
À noter que 68 % des
possesseurs de poissons
possèdent un autre animal.
Les petits mammifères,
avec leurs 3,2 millions d’individus,
sont en augmentation
de 10,2 % par rapport
à 2006. Les possesseurs de
petits mammifères sont un
peu plus nombreux, essentiellement
grâce au lapin
nain (3,7 % de possesseurs
vs 3,1 % en 2006).
La population d’oiseaux
poursuit quant à elle sa
régression « sans doute en
raison de l’effet rémanant
des mesures de précaution
prises en 2006/2007 pour
éviter la propagation de l’infl
uenza aviaire, comme l’explique
la Facco. Cette population
d’oiseaux n’a donc
pas retrouvé le niveau antérieur
à la crise de l’infl uenza
aviaire et des contraintes
alors imposées ».
N. M. d’après les résultats
de l’enquête Facco/TNS
Sofres réalisée en 2008.
(1) La Facco est la Chambre syndicale
des fabricants d’aliments préparés
pour chiens, chats, oiseaux
et autres animaux familiers. Créée
en 1965, elle rassemble 25 sociétés
nationales et représente l’Industrie
française de production et de commercialisation
des aliments pour
animaux familiers.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.