Coproduits de raisin : les premières vendanges de Désialis

Désialis, opérateur de produits déshydratés, élargit sa gamme de produits « fibres » avec, depuis la fin 2011, deux nouveaux produits issus de la déshydratation de coproduits de la vinification. Riches en fibres, ces produits constituent une nouvelle matière première intéressante pour l’alimentation animale. Explications avec Didier Coulmier, directeur R&D, et Florent Pugibet, responsable marchés.

« Désialis est historiquement acteur dans les luzernes, pulpes de betteraves déshydratées et plus récemment dans les drêches de blé. Pour étoffer notre gamme produits, nous avons passé un accord exclusif pour la commercialisation des coproduits de raisins avec les sociétés Goyard et Bourgogne Alcools », relate Florent Pugibet. « Désialis ayant toute légitimité aujourd’hui sur le marché en termes d’alimentation animale », la distillerie Goyard (Champagne) et Bourgogne Alcools – dont Cristal Union est actionnaire – ont confié à Désialis la commercialisation de leurs coproduits de raisins.

De g. à dr. : Florent Pugibet, responsable marchés et Didier Coulmier, directeur R&D.

Désialis propose ainsi 13 000 tonnes de coproduits de raisin depuis les vendanges 2011 : la pulpe de raisins déshydratée (en granulés de 6 mm, en farine ou non broyée) et les pépins de raisin déshydratés. Cependant, Désialis ne se refuse pas à élargir « ce marché de niche ». « Il y a des perspectives d’avenir et d’intégration dans notre stratégie globale », signale Florent Pugibet. (…)

Des utilisations variées

En effet la richesse en fibres des coproduits de raisin, notamment en lignine, en font des produits particulièrement intéressants pour l’alimentation des lapins afin de « préserver leur santé digestive », précise Didier Coulmier. « Ces fibres peuvent aussi être utilisées par les fabricants d’aliments sur d’autres espèces : chevaux, certaines formules de ruminants, truies au besoin et même pour les rongeurs de compagnie (petfood). Le raisin constitue une source de fibres pas chère qui peut venir combler certains manques. »

Et Florent Pugibet de préciser : « Dans la fourniture de matières premières en alimentation animale, les pulpes de raisin font partie des produits les plus attractifs au plan tarifaire. Il ne faut pas les acheter pour leur valeur énergétique ou protéique mais pour leurs fibresDe plus, comme l’ensemble des produits proposés par Désialis, ils sont 100 % naturels et 100 % français. » La valeur alimentaire de la pulpe de raisin déshydratée est relativement faible même si elle est supérieure à celle de la paille (en énergie digestible) chez les lapins.  (…)

De gauche à droite : pépins de raisin, pulpe de raisin en poudre, non broyé et en granulés.

Par ailleurs, les coproduits de raisin présentent un caractère appétent non négligeable qui pourrait être utilisé par « les fabricants de mash souhaitant des produits différenciants, même intégrés en faibles quantités. Ils peuvent remplacer des arômes artificiels ou naturels.  (…) », indique Florent Pugibet. (…)

Des caractérisations en cours

Toutefois, les coproduits de raisins peuvent voir leurs caractéristiques varier en fonction de la période de transformation (vendanges/hors vendanges), de la qualité des raisins vendangés, du site de transformation… Désialis travaille donc à caractériser ses produits en fonction de ces critères pour, dès les prochaines vendanges, pouvoir proposer une gamme de produits calibrés. Cela se traduit par la mise en place de plans de contrôle qualité hebdomadaires pour la caractérisation et la variabilité des teneurs en fibres, et mensuels pour la caractérisation des autres nutriments. Les résultats seront aussi étudiés en fonction des sites de production. « Désialis souhaite appliquer à l’ensemble des usines qui traitent les coproduits de raisins la logique des plans de contrôle Désialis », précise Florent Pugibet. (…)

Émilie Auvray

… Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 653 – Janvier-Février 2012

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.