Victam à Cologne : produire mieux et moins cher

Environ 300 exposants se sont réunis lors du dernier Victam, qui a eu lieu à Cologne, en Allemagne, du 3 au 5 mai, quatre ans après la dernière édition qui s’était tenue à Utrecht aux Pays-Bas. Un salon essentiellement axé sur les équipements, et dont les nouveautés portaient principalement sur les économies d’énergie et l’amélioration des procédés de fabrication des aliments à tous les stades : logistique, manutention, mélange, broyage, conditionnement, extrusion et granulation.

Par Philippe Caldier

Allemagne : 22 millions de tonnes d’aliments en 2011

Helmut Wulf, président de la DVT (Association allemande de l'alimentation animale) : « L'environnement de notre industrie reste encore incertain en 2011malgré la croissance. »

« L’industrie allemande de l’alimentation animale a bénéficié en 2010 de prix de matières premières fermes et du développement de l’élevage dans les exploitations, apportant de meilleures ventes et un chiffre d’affaires plus important au secteur ». La DVT (Deutscher Verband Tiernahrung), l’Association allemande de l’alimentation animale, estime que le chiffre d’affaires de l’industrie allemande de l’alimentation animale a atteint en 2010 environ 6,7 milliards d’euros, soit 8 % de plus qu’en 2009. Des résultats qui restent honorables au regard du record de l’année 2008 (7,4 milliards d’euros). Selon les statistiques de la DVT, l’Allemagne a produit en 2010 21,8 millions de tonnes d’aliments, soit une hausse de 4,2 % par rapport à 2009 (voir tableau ci-dessous). Sur ce total, l’aliment porc reste le grand leader du secteur, avec une production de 9,2 millions de tonnes (+4,1 % par rapport à 2009), suivi de l’aliment bovin avec un peu plus de 6 millions de tonnes en 2010 (+3,3 % par rapport à 2009). La plus forte croissance est enregistrée par l’aliment volailles de chair (+7,4 %), le secteur continuant sa progression. Deux autres particularités méritent d’être mentionnées dans la présentation du secteur : Plus de 70 % de la production totale d’aliments se concentrent dans la région Nord (Schleswig-Holstein, Hambourg, Basse-Saxe, Brème, Nordrhein-Westphalie), et les dix premiers fabricants représentent la moitié de la production totale du pays.

« Malgré cette croissance, l’environnement de notre industrie reste incertain en 2011, où l’on doit s’attendre à nouveau à des cours des matières premières chahutées », commente Helmut Wulf, le président de la DVT dans un communiqué du 30 mars. Qu’attendre de 2011 ? « Nous devrions connaître des ventes stables ou en légère augmentation, avec une bonne conjoncture pour les éleveurs de bovins lait et viande », ajoute M. Wulf, qui s’attend à ce que les éleveurs achètent davantage d’aliments composés en 2011 du fait de cours toujours élevés des céréales. La DVT table sur une production d’aliments qui atteindrait 22 millions de tonnes en 2011.

Parmi les sujets d’actualité du secteur figure le dossier de la dioxine. Dans son bilan dressé le 30 mars, la DVT dénonce l’irréalisme et la bureaucratie des nouveaux règlements en préparation pour l’industrie allemande de l’alimentation animale. « Cette nouvelle législation va obliger les fabricants d’aliments à réaliser tout un tas de contrôles très coûteux, et diminuer du même coup notre compétitivité au niveau international », estime Britta Noras, en charge de la communication au sein du DVT.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.