Maïsadour et Terrena regroupent leurs activités volailles du Sud-Ouest

Le 7 avril 2010 a été signée la création d’une nouvelle entité dans le paysage de la volaille française. Avec le rachat de Fermiers Landais, le groupe coopératif Maïsadour s’est donné les moyens d’organiser, en partenariat avec Terrena, un nouveau pôle Sud-Ouest rassemblant les volailles des Landes (Fermiers Landais) et les volailles du Gers (Gastronome) dans le cadre d’une nouvelle structure : Fermiers du Sud-Ouest (FSO). « Cette alliance stratégique conforte la production de volaille du sud-ouest et renforce Gastronome dans sa position de numéro deux du marché national », souligne un communiqué. FSO sera détenu à 51 % par Maïsadour. La nouvelle société permettra de fédérer les coopératives régionales parties prenantes comme Terres du Sud, Maïsadour, Euralis et Vivadour autour d’un projet d’approvisionnement, en amont, du marché de la volaille du sud-ouest. Pour sa part, Terrena détiendra 49 % du capital de FSO et disposera désormais d’un ensemble structuré et représentatif au plan national de l’univers de la volaille. « Cette opportunité permet à Gastronome, la filiale volaille du groupe Terrena, de s’affirmer comme un acteur coopératif de référence du marché national de la volaille. » FSO, bénéficiant d’une structure dédiée, va ainsi pouvoir piloter le marketing et la politique commerciale de la marque Saint-Sever. FSO emploiera 760 salariés. Elle abattra l’équivalent de 29 millions de volailles par an dont 17 millions de volailles label (Landes, Gers et Sud-Ouest). Pour le marché national de la grande distribution, elle s’appuiera sur un contrat de distribution en GMS avec Gastronome. 15 000 tonnes par an seront commercialisées par Gastronome qui complète ainsi ses gammes mises en marché. Les Fermiers Landais, leader du « Tradi », continueront, quant à eux, de commercialiser la marque Marie Hot sur ce circuit. « Ce projet, qui fédère les principaux acteurs de la filière volailles dans le sudouest, doit permettre aux éleveurs de réinvestir dans cette production importante pour la région et de développer les créneaux porteurs à l’image du bio, du label ou des volailles classiques », conclut le communiqué.

La Revue de l’Alimentation Animale – Mai 2010 – N° 636

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.