Les ambitions de Famsun : l’Empire du Milieu investit le marché français

Le carnet de commandes de l’équipementier chinois Famsun est bien rempli pour les mois à venir : des projets en Égypte, Amérique du Sud, Inde, dans les anciennes républiques Russes, etc. Famsun n’écarte aucune région du globe et l’Europe figure sur son tableau de chasse. Organisé depuis le Danemark sous la houlette de Frank Adelholm, le marché européen est confié à des distributeurs exclusifs, comme BCI SAS (Bresse Conception Industrielle) pour la France.

Bernard Chappuis de chez BCI est devenu pour la France le représentant exclusif de Famsun, dont la direction commerciale Europe est assurée par Frank Adelholm (à droite).

Bernard Chappuis de chez BCI est devenu pour la France le représentant exclusif de Famsun, dont la direction commerciale Europe est assurée par Frank Adelholm (à droite).

Installé à Yangzhou dans la province chinoise de Jiangsu, le groupe Muyang annonce un chiffre d’affaires, pour 2015, d’1 milliard de dollars US. Il regroupe plusieurs activités dont l’équipement pour les usines de nutrition animale sous la marque Famsun, mais aussi la production d’équipements agricoles, de matériel pour les usines d’extrusion, le stockage et la manutention des céréales et le traitement du riz. « Le point commun de toutes ces activités industrielles est l’acier. Toutes ces activités mettent en œuvre de l’acier », révèle Frank Adelholm, responsable commercial pour l’Europe. Il raconte la visite du nouveau site industriel de Famsun qu’il a effectuée l’an passé : « Ce nouveau site industriel est entré en production en 2014 après une année de construction. Il couvre 33 000 m2 et une passerelle, de 5 km de long, permet d’en visiter les ateliers. » Il présente une vidéo de ce qu’il a vu : loin des images d’Épinal de l’industrie chinoise, le site apparaît, immense, lumineux, d’une propreté clinique, avec des ateliers très automatisés et un personnel limité. « L’usine est équipée des dernières technologies : laser de découpe, robot de soudure et d’assemblage, cabines de peinture, etc. » Devant les dizaines de pièces de toutes sortes qui s’accumulent dans les ateliers, il précise : « Toutes ces pièces sont déjà vendues. Il n’y a pas de stock. »

Le site industriel de Muyang à Yangzhou compte 5 unités de production : l’une dédiée à la production de charpente métallique, une autre à la production de silos de stockage de céréales, une usine pour les équipements, machines et pièces détachés et la dernière pour la production des filières et coquilles de rouleaux. À l’époque de sa création en 1967, Muyang était une compagnie étatique chinoise. Aujourd’hui, c’est une entreprise qui appartient pour 95 % à des capitaux privés. « Muyang construisit la première usine d’aliment du bétail en Chine, explique Frank Adelholm. Aujourd’hui, nous sommes le premier équipementier de la nutrition animale en Chine et le numéro 2 dans le monde. »

Objectif : réaliser 70 % du CA à l’export en 2020

Localement, en Chine et ses pays limitrophes, Muyang estime contrôler 50 % de part de marché dans les secteurs d’activité où le groupe est engagé. « Depuis 6 ans, nous avons couvert 60 % du marché de l’équipement pour l’alimentation animale chinoise », relate Frank Adelholm. Pour l’heure 30 % des machines fabriquées sont destinées à l’export ; 70 % équipent des usines en Chine et dans les pays voisins. Mais l’objectif à l’horizon 2020 pour Famsun est d’inverser la tendance pour atteindre 70 % de machines exportées. L’activité fonctionne avec 44 bureaux organisés en 10 divisions exportant dans 120 pays.

ENT_Muyang_Usine1

ENT_Muyang_Usine2-2

Installé à Yangzhou dans la province chinoise de Jiangsu, le site industriel du groupe Muyang couvre 33 000 m2.

« Augmenter nos ventes à l’export implique de réorganiser nos équipes et nos modes de fonctionnement, admet Frank Adelholm. Aujourd’hui, 70 % des salariés sont chinois. » Muyang compte 3 700 salariés dont 1 000 en production, 900 ingénieurs projets, 850 à la R&D et 800 commerciaux. 70 % des salariés du groupe sont diplômés de l’enseignement supérieur. « Pour atteindre nos objectifs, nous travaillerons avec des salariés et partenaires originaires des pays dans lesquels nous comptons nous développer. »

Il y a 2 ans, le groupe a créé un bureau au Danemark qui gère l’ensemble du marché européen. Pour développer son activité en France, Muyang a conclu un contrat de représentation exclusive avec BCI, Bresse Conception Industrielle. Bernard Chappuis, fondateur et dirigeant de BCI SAS décrit l’entreprise : « Nous avons créé BCI en 2010, avec notre partenaire Dégottex Industrie, une chaudronnerie spécialisée dans la construction de silos et matériel de manutention à Polliat dans l’Ain. Nous avons été le distributeur d’un équipementier pendant 5 ans. BCI crée rapidement un second atelier à Gannat (03) dédié à la maintenance des silos de stockage des céréales. L’entreprise partage son activité entre la vente d’équipements sur le centre-est de la France, la maintenance des industries de l’alimentation du bétail et l’entretien de citernes de camions de livraison vrac. » L’entreprise compte aujourd’hui 10 salariés : à Gannat, il y a quatre techniciens spécialisés dans la manutention et à Polliat, un mécanicien atelier, deux mécaniciens dédiés au SAV, un technico-commercial, une assistante et un directeur.

En 2015, BCI, libre de tout engagement décide de passer à la vitesse supérieure et signe un contrat de représentation exclusive sur l’ensemble de la France avec Muyang. « Nous proposons désormais une gamme plus large avec la présence au catalogue d’un extrudeur bi-vis notamment », commente Bernard Chapuis.

BCI a surtout la grande mission d’introduire Famsun sur le marché français : « Nous avons un gros travail de prospection à effectuer, admet-il. Dans le milieu de la nutrition animale, les acteurs savent que Famsum existe, ils voient leur stand au Victam depuis plusieurs années. Au vu de l’évolution de celui-ci, ils se doutent de l’évolution de la société. Les machines Famsun attirent l’attention de décideurs dans notre métier. La société est déjà bien connue dans les grosses structures qui travaillent à l’international et ont dans leur parc du matériel Famsun. L’industrie de l’alimentation animale en France montre un indéniable intérêt à notre offre… Elle a juste besoin d’être rassurée sur les compétences chinoises. »

(…)

 F. Foucher

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 696 – mai 2016

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.