C’est dans le Piémont, au nord-ouest de l’Italie et au cœur du massif Pré-alpins que la famille Battaglia a créé son entreprise d’extraction de tanins de châtaignier, Silvateam. (Crédit : O. Desrues)

Silvateam : le tanin de châtaignier italien

L’Italie est le pays du châtaignier par excellence. Sa tradition castanéicole n’est plus à faire. Cet arbre y a joué, au fil des siècles, un rôle important en offrant de multiples ressources. Une des bases de l’alimentation humaine et animale, il a aussi largement été plus utilisé pour tous ses produits. Silvateam a su, depuis plus de 160 ans, exploiter cette ressource. Découverte.

C’est dans le Piémont, au nord-ouest de l’Italie et au cœur du massif Pré-alpins que la famille Battaglia a créé son entreprise d’extraction de tanins de châtaignier, Silvateam. (Crédit : O. Desrues)

C’est dans le Piémont, au nord-ouest de l’Italie et au cœur du massif Pré-alpins que la famille Battaglia a créé son entreprise d’extraction de tanins de châtaignier, Silvateam. (Crédit : O. Desrues)

Les châtaigniers représentent 788 000 hectares du territoire italien soit 8 % de l’ensemble des surfaces boisées (150 000 ha de châtaigneraie fruitière et plus de 600 000 ha de châtaigneraie à bois). L’implantation des forêts se superpose au cordon montagneux de la chaîne des Apennins et du massif Pré-alpins.

Outre le fruit en utilisation fraîche ou transformée, on utilisait son bois pour le chauffage, pour les charpentes, pour les piquets, les jeunes pousses de l’année pour la production de paniers, la sève pour la production de tanin destiné à l’industrie, les feuilles servaient de litière, les bogues de matière organique. Sa place dans le paysage est également indéniable.

Quatrième génération

Une odeur de cuir nous indique que nous sommes bien arrivés. C’est dans le Piémont, au nord-ouest de l’Italie et au cœur du massif Pré-alpins que la famille Battaglia a créé son entreprise d’extraction de tanins de châtaignier. Silvateam est née il y a plus de 160 ans à San Michele Mondovì dans la province de Coni. « Aujourd’hui c’est la quatrième génération de la famille qui dirige la société », précise Nicola Saggese, responsable marketing et nutrition animale EMEA. Un savoir-faire qui se transmet et cela bien au-delà de l’Italie. « Très vite nous avons développé notre expertise d’extraction de végétaux à travers plusieurs sites de production en Italie, mais également en Amérique du Sud. Nous exploitons, entre autres, le quebracho, arbre très riche en tanins se trouvant en Argentine. » Silvateam gère cinq sites de production à travers le monde, travaille avec onze centres de R&D et possède un réseau de distributeurs dans plus de soixante pays.

Les tanins étaient destinés autrefois essentiellement à la tannerie. Mais la société s’est diversifiée dans différents secteurs comme l’énergie (granulés de bois), technologie et process, l’alimentation humaine et animale. Cette dernière représente aujourd’hui plus de 50 % de son activité. Pour assurer le développement de nouvelles applications, la société investit 2 % de son chiffre d’affaires tous les ans dans la R&D. La production est sous certification bio et Fami-QS pour sa filière nutrition animale.

Olivier Desrues, responsable développement France, et Nicola Saggese, responsable des ventes et du développement commercial.

Olivier Desrues, responsable développement France, et Nicola Saggese, responsable des ventes et du développement commercial.

Du bois durable

L’usine de production située au siège de la société en Italie possède une capacité de traitement de 100 000 tonnes de bois par an pour produire environ 50 000 tonnes de tanins. « Le bois est exploité localement, 70 km autour du site maximum, par plus de 200 récoltants. Nous utilisons seulement 15 % de la ressource locale qui est d’environ 950 000 tonnes de bois disponible par an. Il provient de forêts dites durables avec un renouvellement permanent. » Silvateam s’impose effectivement une charte sociale et environnementale rigoureuse et essentielle au cœur de son éthique que ce soit en Italie ou en Amérique du Sud.

Une fois livré sur le site, chaque tronc de châtaignier est contrôlé visuellement et est stocké pendant trois mois, le temps qu’il sèche et qu’il soit prêt à être transformé. Ils sont triés selon leur âge. Une première coupe est faite pour standardiser la taille des tronçons avant broyage. A la sortie du broyeur, les copeaux sont ensuite stockés avant d’être envoyés vers l’étape d’extraction. Dix autoclaves reçoivent les copeaux dans une eau chaude et sous pression pendant huit heures. Le liquide obtenu contient entre autres les tanins. La concentration se fait par évaporation, l’eau recueillie est récupérée et réutilisée pour d’autres étapes. La mélasse obtenue est alors pulvérisée dans le sprayeur. La poudre qui en résulte, est stockée dans une tour d’une capacité de 20-25 tonnes par jour. Le conditionnement se fait en sac de 25 kg ou bien en big-bag et le stockage dans le magasin est de deux à trois semaines maximum pour garantir la meilleure fraîcheur des produits, sachant que la DLUO est de deux ans. A noter que tout se fait en circuit fermé. Les coproduits sont récupérés et transformés en granulés de bois utilisés comme combustible pour le chauffage. Il n’y a aucune perte.

Un laboratoire d’analyses interne effectue tous les contrôles qualité et de stabilité et permet de valider chaque étape de production.

Application en nutrition animale

Lors de l’extraction plusieurs types de molécules de tanins peuvent être extraits. On sait aujourd’hui que cette composition peut dépendre de la source botanique utilisée, de son âge, de son origine géographique, de la méthode d’extraction utilisée, etc.

Les tanins de bois de châtaignier ont des applications particulières en nutrition animale et cela pour plusieurs espèces. Une faible concentration incorporée dans les rations a des effets bénéfiques. Silvateam a développé une gamme composée de quatre produits : « En monogastriques (Silvafeed Nutri P) pour les porcs, volailles et lapins avec comme effet, une activité antispasmodique, une amélioration de la qualité de la litière des animaux, du microbiote, etc., en ruminants (Silvafeed ByPro) avec une réduction de la fermentabilité des protéines sans impacter sur la production totale d’acides gras volatils, réduction du niveau d’ammoniaque ruminal, augmentation de la digestibilité intestinale des protéines, réduction des taux d’urée dans le lait, réduction de la méthanogenèse, évite les chutes de pH ruminal, etc., en petfood et en aquaculture avec notamment un effet antimicrobien. » La gamme se complète également avec Silvafeed ATX, riche en polyphénols et avec une activité antioxydante.

Des projets de développement en nutrition animale sont annoncés avec des travaux de recherche sur les fibres.

Caroline Morice

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.