Sanders Bretagne : l’usine de Montauban fête ses 40 ans

Depuis 1974, l’usine Sanders située à Montauban de Bretagne n’a eu de cesse d’évoluer. Quarante ans au plus près des éleveurs, à leur écoute, et ceci grâce notamment à l’innovation et aux Hommes. Christophe Chrétien, directeur Sanders Bretagne et depuis 25 ans dans le groupe, et toute l’équipe du site de Montauban ont souhaité fêter cet anniversaire en ouvrant leurs portes pour une journée et revenir ainsi sur leur réussite.

Le site de production de Montauban de Bretagne, en Ille-et-Vilaine (35), est une des 6 usines de Sanders Bretagne, aux côtés de Saint-Gérand (56), Saint-Thégonnec (29), Guingamp (22), Pontivy (56) et Lorient (56). Érigée en 1974, dix ans avant le site de Saint-Gérand le siège social actuel de Sanders Bretagne, elle a su s’adapter à toutes les évolutions de la filière.

Le site Sanders Bretagne de Montauban de Bretagne fête ses 40 ans cette année.

Un site historique

Christophe Chrétien, directeur Sanders Bretagne, accueille les invités avec l’équipe du site de Montauban pour cet anniversaire : « Certains ont fait toute leur carrière au sein de cette entreprise, présente le directeur. C’est une véritable reconnaissance envers eux que de fêter ensemble les 40 ans du site. » Le responsable du site, Serge Rozec, continue : « Nous n’ouvrons pas tous les jours les portes de notre usine. Cette occasion aujourd’hui est une belle opportunité de montrer ce que l’on sait faire et que nous le faisons bien ! »

Vingt-sept personnes travaillent sur le site de Montauban de Bretagne. Ils produisent essentiellement des aliments vrac pour 3 espèces : 36 % en volaille de chair, 31 % en poule pondeuse et 33 % pour le porc. « En 2014, nous avons produit 400 000 tonnes d’aliments soit 36 % du tonnage de Sanders Bretagne », précise M. Rozec.

« Notre usine tourne du lundi au samedi, précise le responsable du site. Je dors encore dans la maison du gardien toute la semaine, afin d’être présent 24 heures/24 en cas de problème. » La production sort entre 1 500 à 1 600 tonnes d’aliments par jour. « Toutes les matières premières sont achetées par le service achat-approvisionnement situé au siège social à Saint-Gérand. Nous gérons la production et les livraisons mais toute la partie administrative se fait au siège. » Toutes les matières premières sont contrôlées (pesée, numéro de contrat, odeur, propreté, etc.) et l’entreprise suit le référentiel Qualimat Matières premières. Trente-deux cellules de stockage peuvent accueillir les matières premières, soit 30 000 tonnes de capacité. Ensuite l’usine est conçue avec deux lignes de broyage (broyeur Mostra, exclusivité Sanders et broyeur Stolz), deux lignes de dosage (selon les espèces), une mélangeuse, cinq presses et un refroidisseur Stolz. « Nous pouvons proposer des aliments sous forme de farine, granulés ou miettes. » Le synoptique est impressionnant. Chaque opérateur élabore son planning selon les livraisons à prévoir dans la journée. « Nous demandons aux éleveurs de prévoir leur commande au moins 48 heures avant livraison. Si jamais il y a une urgence, nous essayons de répondre au mieux pour les livrer au plus vite. » Le chargement en produits finis des camions s’enchaîne tel un véritable ballet. « Un camion est rempli en quelques minutes. » En matière de logistique, Sanders Bretagne travaille sous contrat exclusif avec un transporteur.

Investir pour demain

Lors de son discours, M. Chrétien a présenté les ambitions actuelles et futures de Sanders Bretagne : « Notre objectif est de produire mieux avec le moins de ressources possible pour éviter leurs épuisements. C’est proposer des aliments riches en valeurs ajoutées, avec une meilleure rentabilité et en suivant l’évolution des élevages. Il est nécessaire de promouvoir la diversification des exploitations agricoles afin de tamponner les risques de volatilités des cours. C’est pourquoi, nous investissons régulièrement pour accroître notre niveau de compétitivité par rapport à la concurrence européenne. »

Depuis deux ans, Sanders Bretagne annonce avoir investi 8,5 millions d’euros pour ces trois principales usines dont 2,5 millions d’euros spécifiquement pour le site de Montauban de Bretagne. « Ces investissements répondent à plusieurs objectifs : améliorer les conditions de travail et la sécurité des Hommes en tendant vers l’objectif Zéro accident. Les salariés sont accompagnés afin d’éliminer toutes les situations à risques sur leur poste. Nous souhaitons également accroître la qualité et la sûreté des aliments, afin d’augmenter les capacités d’élever des animaux en diminuant au maximum les risques de maladie. Il est important de faire évoluer les outils de production, selon le marché, en augmentant ses capacités. Un point très important pour nous est d’économiser les ressources. En effet, nous avons réalisé une étude du cycle de vie de l’ensemble de nos filières et des leviers d’amélioration ont été identifiés tels que diminuer les consommations en énergie, en eau, les gaz à effet de serre, etc. »

(…)

Caroline Morice 

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 689 – septembre 2015

Tags

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.