La création de Sanders Euralis validée par l’autorité de la concurrence

Après plusieurs mois d’attente, l’Autorité de la Concurrence a fini par valider la création d’une filiale commune à Sanders et Euralis dans le Sud-Ouest.

Ainsi au 1er septembre les moyens industriels, logistiques, administratifs et commerciaux d’Actalim (Euralis/Fipso) et Sanders Adour vont pouvoir fusionner au sein de Sanders Euralis. La nouvelle entité se répartit en deux sites industriels : l’usine Actalim de Vic-en-Bigorre (65) et celle de Sanders à Lons (­64), pour une production estimée dans un premier temps à 350 000 tonnes (et un chiffre d’affaires prévisionnel de 130 millions d’euros).

La filiale a été mise sur pieds pour fournir les élevages de porcs, volaille, canards et ruminants de 8 départements du Sud-Ouest (Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Gers, Ariège, Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne), dans le but d’offrir « un meilleur service de proximité ». La gouvernance de cette filiale commune est prévue de façon paritaire, et le capital est détenu à 50 % par Euralis et 50 % par Sanders.

Pour Michel Vernet, directeur de la nouvelle structure, « ce partenariat est un signal fort pour les éleveurs. Notre volonté est de développer une filière complète dans l’alimentation animale et ainsi renforcer l’élevage dans le Sud-Ouest. » « Cette filiale répond à notre volonté et à notre engagement de développer les exploitations agricoles du territoire et le revenu de nos adhérents » indique pour sa part Christian Pees, Président d’Euralis.

Les sites d’Actalim (Euralis/Fipso) et de Sanders Adour vont pouvoir fusionner au sein de Sanders Euralis.

Les sites d’Actalim (Euralis/Fipso) et de Sanders Adour vont pouvoir fusionner au sein de Sanders Euralis.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.