La coopération française est la plus dynamique d’Europe

Eurostaf, cabinet d’études, de conseil et d’analyse sectorielle du groupe Les Échos, vient de publier une étude sur les stratégies des coopératives agricoles européennes à l’international. Avec 8 coopératives (InVivo, Sodiaal, Terrena, Tereos, Champagne Céréales, Agrial, Axereal, et Triskalia) dans le top 30 européen en 2010, la coopération agricole française est bien représentée et apparaît comme la plus dynamique. Elle se positionne ainsi devant l’Allemagne (6 représentants).

Si les coopératives françaises ne sont pas les plus importantes – aucune ne dépassait les 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et aucune ne fait partie du top 10 européen (la plus grosse coopérative européenne, Friesland Campina (Pays-Bas), réalisant 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires) – elles sont pourtant celles qui ont le plus progressé au cours des 5 dernières années. Les coopératives françaises affichent en effet des taux de croissance annuels moyens de leur CA de plus de 10 % depuis 2006, quand les coopératives hollandaises et allemandes enregistrent respectivement des taux de croissance de 4 et 2 %.

En ce qui concerne l’internationalisation, la coopération française est devancée par celle des pays du nord de l’Europe. Malgré le succès de certaines coopératives à l’international, l’étude note que des filières françaises sont en retrait de l’internationalisation (le vin, la viande, la volaille). Les coopératives agricoles françaises apparaissent aussi comme plus limitées par la législation que les coopératives étrangères pour faire entrer des investisseurs extérieurs dans leurs capitaux propres.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.