Journée de restitution Oqualim : priorité, la sécurisation sanitaire

La journée de restitution d’Oqualim, le 4 mai dernier à Paris, a permis de faire le bilan de l’année passée et d’aborder les projections d’avenir de l’association.

La thématique fut orientée vers les réponses apportées par la nutrition animale aux filières animales face aux besoins de sécurisation sanitaire. Chaque intervenant s’est attaché, lors de la présentation du bilan, à ce qu’apporte Oqualim à un fabricant en termes de performance d’entreprise, de positionnement et de capacité à répondre aux filières.

Les interventions des filières avicoles, porcines et les questions du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel), ont souligné la nécessité de continuer à travailler de concert, nutrition et filières animales, pour maintenir le niveau de sécurité sanitaire, s’adapter à l’évolution des connaissances et toujours répondre aux attentes clients.

La journée de restitution d’Oqualim, s’est déroulée le 4 mai dernier à Paris. (Crédit photo : Oqualim)

La journée de restitution d’Oqualim, s’est déroulée le 4 mai dernier à Paris. (Crédit photo : Oqualim

Témoignages

Céline Ravel, ingénieur déléguée chez Oqualim, revient sur cette journée : « Au titre du bilan, il a été évoqué le rôle des plans d’autocontrôles mutualisés en tant que support pour les entreprises, dans la construction de leur plan d’auto contrôle, en tant qu’instrument de surveillance collective et en apport de données exploratrices. Leur rôle de véritables filtres de protection pour maîtriser la qualité sanitaire des biens entrant dans l’entreprise a été mis en avant. Les évolutions intégrées sur l’année ainsi que les perspectives ont été évoquées au fil de la journée. »

Les entreprises ont pu témoigner des apports de la certification selon le référentiel de la nutrition animale : « Réponses pratiques entre professionnels fabricants et utilisateurs, capacité à certifier sa maîtrise en sécurité sanitaire, prise en compte des spécificités techniques développées en France, confirmation du maintien du niveau d’exigences présents dans les précédentes versions renforcé par des focus équipe sur la gestion de l’HACCP, prise en compte des actes de malveillance. »

Les témoins ont détaillé les apports d’une certification métier pour eux qui étaient certifiés Iso. « Les apports pour le certifié passant par une optimisation de la qualité en usine tendant à limiter les risques de rappel produit lourds de conséquences pour tous. »

(…)

C. Morice

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 707 – Juin 2017

Tags

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.