Conseil spécialisé pour la filière céréalière : conjoncture 2018-2019

Le conseil spécialisé pour la filière céréalière s’est réuni le 13 mars dernier. À l’ordre du jour, notamment, la conjoncture céréalière avec les exportations françaises. Crédit : Port de Brest

Le conseil spécialisé pour la filière céréalière s’est réuni le 13 mars dernier. À l’ordre du jour, notamment, la conjoncture céréalière avec les exportations françaises. Crédit : Port de Brest

Le conseil spécialisé pour la filière céréalière s’est réuni le 13 mars, sous la présidence de Rémi Haquin. À l’ordre du jour, notamment, la conjoncture céréalière. FranceAgriMer a révisé en forte hausse ses prévisions d’exportation de blé français pour la campagne commerciale 2018-2019, à 9,5 millions de tonnes hors Union européenne. Le blé français, « avec un millésime 2018 d’excellente qualité, affiche des prix très compétitifs sur le marché mondial en cette seconde partie de campagne, face à l’augmentation des cours de l’origine russe dont les disponibilités s’amenuisent. Le taux de parité euro/dollar soutient le dynamisme des exportations françaises, avec un euro un peu moins fort par rapport au dollar qu’au cours des derniers mois ». Au 11 mars 2019, la France avait exporté plus de 6 Mt de blé. Pour l’orge, si les prévisions de ventes vers l’Union européenne sont ajustées à la hausse à près de 3,4 Mt, les prévisions d’exportations vers les pays tiers sont à l’inverse réduites à 2,6 Mt, « en raison du net ralentissement des achats de l’Arabie saoudite et de la Chine ». Avec des prévisions d’utilisations sur le marché français reconduites, le stock de fin de campagne s’alourdirait à près de 1,8 Mt. Les prévisions de ventes de maïs français vers l’Union européenne sont également révisées à la baisse de 220 000 tonnes à moins de 4 Mt en raison notamment de la concurrence des origines ukrainiennes. Le stock de maïs français de fin de campagne s’alourdirait à près de 2,4 Mt.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.