Accompagnement Qualimat : une valeur ajoutée pour la nutrition animale

Nouveaux locaux, repositionnement de Qualimat Amont, volonté de constituer une grille d’audit exhaustive pour la nutrition animale, etc. Qualimat œuvre à entretenir et développer l’outil indispensable et original qu’elle constitue au sein la nutrition animale. Marie-Anne Hannotiaux, directrice, Flavie Hue, chargée de projet, et Anne-Marie Juin, référente pour le dossier Qualimat Amont, répondent à nos questions sur les principaux dossiers.

L’équipe de Qualimat au complet avec, de g. à dr. : Olivier Fouquet, technicien en charge des prélèvements et des analyses, Lisette Guyot, assistante, Flavie Hue et Stéphanie Orts, chargées de projet, Marie-Anne Hannotiaux, directrice.

L’équipe de Qualimat au complet avec, de g. à dr. : Olivier Fouquet, technicien en charge des prélèvements et des analyses, Lisette Guyot, assistante, Flavie Hue et Stéphanie Orts, chargées de projet, Marie-Anne Hannotiaux, directrice.

La Revue de l’alimentation animale : L’association Qualimat s’est installée en 2015 dans de nouveaux locaux, à Locminé. Comment se présente la nouvelle structure en termes d’organisation et de personnel ?

Association Qualimat : Notre installation dans les nouveaux locaux de Locminé n’influe pas sur le contrôle des matières premières puisque nous sommes à proximité de toutes les zones portuaires du Grand Ouest ; les trajets vers les ports s’équilibrent donc entre eux. Ce qui a changé en revanche, c’est notre capacité d’accueil ! Nous pouvons désormais recevoir la majorité des réunions de travail avec les adhérents, que ce soit pour les conseils d’administration ou les comités de pilotage. Seules les réunions de comités techniques ou les assemblées générales sont organisées à l’extérieur. La prochaine assemblée générale aura ainsi lieu le 27 mai à la Cité de la voile à Lorient.

Cette localisation centrale et cette nouvelle capacité d’accueil nous permettent de fluidifier les échanges avec les adhérents. Et en termes de conditions de travail, nos nouveaux locaux sont mieux adaptés pour une équipe qui compte désormais 5 permanents. Chaque dossier est mené par un binôme constitué d’un référent professionnel et d’un salarié pilote. Au sein de l’équipe, Stéphanie Orts pilote ainsi Qualimat Transport et Alerte, Flavie Hue Qualimat Amont et les plans mutualisés Oqualim, et Marie-Anne Hannotiaux le contrôle des matières premières, la communication et les systèmes d’information. Olivier Fouquet travaille à 100 % sur les opérations de prélèvements et d’analyses des matières premières. Lisette Guyot nous assiste sur tous les dossiers, et particulièrement celui de Qualimat Transport.

RAA : Quelle a été l’actualité 2015 dans ce domaine, Qualimat Transport ?

A. Q. : 2015 a été marquée par une profonde réflexion sur l’évolution du cahier des charges, et l’ensemble des actions menées vont aboutir en 2016. Nous avons en effet travaillé sur de nouveaux outils tels qu’un guide d’audits, des fiches pratiques ou une nouvelle méthodologie de formation des auditeurs (85 qualifiés à ce jour), étant donné aussi que notre cahier des charges s’étend désormais aux aliments composés depuis le 1er janvier 2016. Nous allons prochainement organiser sur l’ensemble du territoire 5 journées de bonnes pratiques pour tous les auditeurs, afin de leur présenter les nouveaux outils mis en place. Nous avons atteint, en 2015, les 1 800 transporteurs référencés, et devrions passer la barre des 2 000 cette année.

Depuis 2001, année de la première version, beaucoup d’étapes successives ont permis de bâtir Qualimat Transport, qui est aujourd’hui un système mature. Ce qui nous anime désormais, c’est de répondre à la question : comment faire vivre et continuer l’amélioration de cette démarche sans « sur-qualité » ? Nous faisons aussi partie de la plateforme professionnelle salmonelles et menons notamment une réflexion sur la partie transport de ce dossier. Une enquête de propreté sur les contenants et une nouvelle campagne d’analyses vont nous permettre d’identifier les voies de progrès : la sensibilisation des opérateurs de transport ou d’éventuelles exigences complémentaires. Nous travaillons en lien direct avec les adhérents fabricants d’aliments et fournisseurs sur ce point.

RAA : Les relations avec les importateurs, qui faisaient parfois obstacle aux contrôles des bateaux, se sont-elles améliorées et des compromis ont-ils été trouvés ?

A. Q. : Un comité de pilotage a été mis en place en 2015 pour gérer la mise en œuvre et la qualité des contrôles. Nous continuons notre activité de prélèvements en zones portuaires. Les relations avec les fournisseurs se poursuivent car la plupart d’entre eux sont adhérents, et notre collaboration se fait donc dans l’intérêt général de nos filières. La recherche de qualité est un objectif commun ! Nos données sont d’ailleurs consolidées grâce aux résultats transmis par les importateurs. Nous poursuivons aussi une réflexion sur le travail en commun entre fournisseurs et Qualimat afin de mutualiser les résultats, notamment grâce à un portail qualité qui sera opérationnel en 2017.

(…)

S. Le Blé

Retrouvez l’intégralité de l’article dans la RAA 695 – avril 2016

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.