Romer Labs et Biomin : un savoir-faire complet face au risque mycotoxines

Romer Labs appartient au groupe autrichien Erber depuis 1999, lequel détient également Biomin et vient d’être racheté par DSM. Présent essentiellement sur la partie alimentation humaine, Romer Labs souhaite davantage se faire connaître auprès des acteurs de la nutrition animale.

Laure Rouxel, responsable technique et marketing chez Biomin France, et Maxime Aupied, responsable des ventes Romer Labs pour le sud de la France.

Créé en 1982 aux États-Unis et présent dans le monde entier, Romer Labs concentre son activité sur la sécurité alimentaire. La société compte deux représentants en France, Maxime Aupied et Valérie Robin et quatre laboratoires accrédités spécialisés en Autriche, au Royaume-Uni, aux États-Unis et à Singapour. « Si les solutions de diagnostic pour la recherche de mycotoxines représentent le coeur de l’activité, la société s’est également spécialisée dans les allergènes, OGM, résidus vétérinaires… Nous travaillons avec des petits appareils d’analyse, faciles d’usage et d’une grande praticité », précise Maxime Aupied.

Complémentarité

Romer Labs fait partie du groupe autrichien Erber depuis 1999, qui détient également Biomin, spécialiste de la gestion du risque mycotoxines. Les deux entités travaillent sur deux champs d’intervention complémentaires sur la problématique des mycotoxines. « Il existe une complémentarité forte entre les deux sociétés, qui travaillent en bonne cohérence et sont ainsi présentes tout au long de la chaîne », présente Laure Rouxel, responsable technique et marketing chez Biomin France.
En octobre 2020, DSM a finalisé l’acquisition du groupe Erber pour 980 millions d’euros. Si Biomin reste encore relativement indépendant au sein du groupe DSM, qui cherche à capitaliser sur les marques, elle incarnera désormais la partie gestion du risque mycotoxine de DSM, qui rajoute ainsi une compétence à son déjà vaste portefeuille. Romer Labs, spécialisé dans la recherche analytique de mycotoxines, réalise la majeure partie de son activité dans l’alimentation humaine mais envisage de développer son offre auprès des acteurs de la nutrition animale.
Ainsi pour l’analyse des mycotoxines, Romer Labs vient de mettre en place un kit de détection rapide capable de réaliser l’analyse en 10 minutes, l’Agravision pro. « Après avoir ajouté l’eau dans la poche d’extraction pour capter les mycotoxines, on effectue une dilution et un passage en centrifugeuse pour permettre la lecture sur bandelette. L’appareil s’occupe du reste. Chaque bandelette a sa couleur, son QR code (avec toutes les informations nécessaires). De plus en plus de validations matrices sont intégrées au fur et à mesure », présente Maxime Aupied.

Résultats fiables et rapides

Quantifier la présence de mycotoxines permet d’orienter les lots selon les résultats ; car pour rappel, seule l’Aflatoxine est réglementée ; or ce n’est pas la plus gênante sous nos climats tempérés. D’autre part les seuils de risque sont différents selon qu’il s’agisse d’alimentation animale ou humaine.
Biomin a de son côté mis au point un puissant outil de prédiction qui prend en compte les conditions météorologiques et qui constitue un précieux moyen d’anticipation pour les fabricants. « Le Prediction tool est un service pour le client qui a une demande précise au niveau du risque de la prévalence sur blé et maïs par département, sur les quatre principales mycotoxines. Les fabricants peuvent alors axer le plan de contrôle selon les prédictions ; tout cela est rendu possible grâce à l’immense base de données de Biomin au niveau mondial », indique Laure Rouxel.
Qui plus est, l’entreprise livre un rapport annuel devenu une référence mondiale en la matière. Si besoin, Biomin accompagne ses clients avec une interprétation des résultats d’analyse. « L’association avec Biomin n’est pas systématique mais toujours possible selon les cas », précise Maxime Aupied.

Sarah Le Blé


En Bref
Romer Labs 

Romer Labs a été fondé à Washington en 1982 et compte aujourd’hui une vingtaine de bureaux à travers le monde et est représenté dans soixante pays. L’entreprise possède par ailleurs quatre laboratoires accrédités spécialisés en Autriche, au Royaume-Uni, à Singapour et aux États-Unis.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.