Qualimat Sud-Est a tenu son assemblée générale 2018, à Montpellier.

Pour ses 30 ans, Qualimat Sud-Est s’offre des records

Lors de son assemblée générale 2018, Qualimat Sud-Est a rendu compte de l’activité du GIE en 2017 et a fêté ses trente ans d’existence. Pour l’occasion, des représentants de Qualimat, Qualimat Sud-Ouest, de Qualimac, ainsi que d’Oqualim, du Snia et de Coop de France ont fait le déplacement. Une belle assemblée pour célébrer des records d’activité pour Qualimat Sud-Est.

« 2017 est la meilleure année en termes de volume déchargé à Sète depuis que le GIE existe », relate Vincent Bergeret, secrétaire du groupement d’intérêt économique Qualimat Sud-Est. Les chiffres du rapport d’activité citent « 26 navires, venus en 2017 à Sète (contre 23 en 2016 et 24 en 2015). Ils ont débarqué 295 182 tonnes, toutes qualités confondues. Cela représente une hausse de +9,08 % par rapport à l’année précédente. »

Qualimat Sud-Est a tenu son assemblée générale 2018, à Montpellier.

Qualimat Sud-Est a tenu son assemblée générale 2018, à Montpellier.

Soja et tournesol

Dans le détail, le soja standard représente 157 773 t, en hausse de +5,95 %. Le soja catégorie « Premium » avec 40 946 t enregistre un léger recul (-2,26 %). La plus importante progression est enregistrée par le tourteau de tournesol Hipro dont 96 462 t ont été débarquées à Sète en 2017, soit une hausse de +20,88 %. « Si, dans un premier temps, ce produit semblait peu intéresser les adhérents du groupement, il s’avère, qu’après cinq années complètes d’approvisionnement, près de 75 % de nos adhérents donnent désormais des intentions d’achats sur ce produit », rappelle Vincent Bergeret.

Il dresse une rapide rétrospective : « Au 31 décembre 2017, nous avons totalisé 6 806 578 t débarquées depuis le début des opérations du GIE en 1988. Le dernier navire de l’année, le M/V Eurus Venture étant le 374e navire débarquant pour Qualimat Sud-Est. »

Cette activité est le fait de 24 adhérents en 2017, le même nombre qu’en 2016. Les intentions d’achats ont été de 182 525 t, soit 15 210 t en moyenne par mois. « Ce chiffre est en hausse de +6,53 % par rapport à l’année précédente. » Les intentions d’achats se répartissent entre 103 934 t de soja standard, 29 630 t de tourteaux de soja tracé et 48 961 t de tournesol Hipro.

« Les membres associés sont intervenus pour 41 857 t de marchandises, dont 33 629 t de soja standard, 3 126 t de soja tracé et 5 102 t de tournesol Hipro. « L’activité des membres associés est en hausse globale de +19,28 % », commente Vincent Bergeret à qui revient la délicate mission de gérer le décalage entre les intentions d’achats et les prises d’ordre.

Année record à Chalon-sur-Saône

Avec 46 850 t de matières premières remontées en péniche, Qualimat Sud-Est bat également son record de remontées de tourteaux sur le port de Chalon-sur-Saône. « Cette desserte de la région bourguignonne via Chalon-sur-Saône représente un élargissement de l’hinterland de Sète », reconnait Vincent Bergeret qui explique : « Cette hausse s’explique essentiellement par la compétitivité de Chalon-sur-Saône suite aux basses eaux sur le Rhin et de ce fait le manque de compétitivité des ports de Huningue et Ottmarsheim. »

Il rappelle toutefois que « les frais d’approche demeurent un frein au développement du port de Chalon et ce malgré les efforts des intervenants qui ont gelé leurs tarifs à sept reprises sur les neuf dernières années ».

À Sète, l’outil de by-pass ou le direct de bord ont été utilisés 22 fois dans l’année 2017, contre 16 fois en 2016. 20 819 t sur 46 850 t sont ainsi montées sur Chalon-sur-Saône, sans passer par les magasins de Sea Invest, soit 44 % du volume total pour un objectif fixé initialement à 30 %. « Les travaux engagés par le port de Sète sur le by-pass en 2014 et 2015 portent aujourd’hui leurs fruits en termes de fiabilité », reconnait Vincent Bergeret. Il explique : « Le secrétariat et Sea Invest essayent d’optimiser au mieux l’utilisation du by-pass en affrétant le plus souvent possible des péniches à l’arrivée des navires de mer sur Sète, en fonction du stock et des besoins de Chalon-sur-Saône. »

Mais il admet : « Force est de constater que le développement de l’hinterland de Chalon-sur-Saône reste un combat de tous les instants pour un approvisionnement régulier et suffisant. » Il en profite pour remercier l’ancienne directrice du Port de Chalon, Fanny Furchert, « pour les efforts consentis en 2017 sur les capacités de stockages supplémentaires allouées au GIE par Aproport ».

« Nous sommes plutôt fiers de cette belle année », conclut Vincent Bergeret. Les premiers mois de 2018 semblent confirmer cette belle tendance : « Globalement par rapport à la même période en 2017, nous constatons une légère baisse des intentions d’achats de -5 % sur le soja tracé. Par contre, nous constatons une belle progression sur le soja standard, +16,86 %, et sur le tournesol Hipro, +92,26 %. » Le rapport d’activité conclut : « La zone de chalandise de Qualimat Sud-Est correspond à 18 % de la production nationale d’alimentation animale : il est important que les fabricants restent mobilisés pour tenir les volumes d’activité de leur groupement. »

Françoise Foucher

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.