Petfood : traduction des guides de référence

La Fédération des fabricants français d’aliments pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers vient d’achever la mise à jour et la traduction des guides de bonnes pratiques qui encadrent la profession.

Christophe Carlier, président de la Facco, et Aurélie Bynens, déléguée générale de la Facco.

La Facco, Fédération des fabricants français d’aliments pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers, a récemment participé à la rédaction, à la mise à jour et à la traduction des guides de bonnes pratiques de la profession, établis par la Fédération européenne de l’industrie des aliments pour animaux familiers (Fediaf*). « Il s’agit du Guide nutritionnel, du Code des bonnes pratiques d’étiquetage et du Guide des bonnes pratiques de fabrication », liste Aurélie Bynens, déléguée générale de la Facco, qui a tenu à souligner, en ce début d’année 2020, la volonté de la fédération de « reprendre la parole, d’être plus offensive et de mettre en avant les bonnes pratiques de la profession ».

Le guide nutritionnel existe depuis 2011. Il fait l’objet d’une révision annuelle, « ou plus souvent si nécessaire, en fonction de l’évolution de la science ». Il vise à donner aux fabricants européens les informations détaillées pour adapter la formulation des aliments complets et complémentaires pour chiens et chats en fonction de leurs besoins physiologiques et nutritionnels, sur la base des dernières connaissances scientifiques. « Il s’applique uniquement pour les animaux en bonne santé, précise Christophe Carlier, président de la Facco. Les parnuts, aliments à objectifs nutritionnels particuliers, en sont exclus. »

Ce guide est rédigé en collaboration avec des experts, vétérinaires et nutritionnistes indépendants, réunis au sein d’un conseil consultatif scientifique. Ce dernier compte 11 membres de huit pays, « dont trois représentants français » et garanti le respect des standards scientifiques dans la recommandation des niveaux nutritionnels. « C’est la bible des formulateurs petfood », assure Christophe Carlier. Il compte aujourd’hui une centaine de pages : digestibilité, teneur en énergie, méthodes d’analyse des produits finis, état corporel, etc. « Sa traduction et sa nouvelle mise en page ont demandé une masse de travail assez phénoménale », souligne Aurélie Bynens. La version française de ce Guide nutritionnel pour les aliments complets et complémentaires pour chats et chiens peut désormais être téléchargée, gratuitement, sur le site internet de la Facco.

Transparence et clarification

Il en est de même pour la traduction de la dernière version du Code de bonnes pratiques d’étiquetage. Ce guide fournit des orientations claires, permettant un étiquetage complet et harmonisé dans toute l’Union européenne. Il inclut des dispositions relatives aux aspects et aux allégations d’étiquetage volontaire. Le principal objectif de ce document est d’« être un guide pratique de travail, pour l’industrie et les autorités. Cela pour une concurrence saine et équitable et pour le bénéfice des propriétaires d’animaux ». Il doit être utilisé en se reportant aux exigences réglementaires européennes et nationales. « La réglementation, très technique, définit les principales exigences en matière d’étiquetage des aliments mais ces dernières nécessitent des explications. » Le code contient également un Guide du consommateur, adapté aux propriétaires, « pour qu’ils puissent mieux comprendre le contenu des étiquettes ».

La dernière version révisée date d’octobre 2018. Elle comprend notamment des mises à jour sur l’étiquetage des additifs, « mais aussi des clarifications de déclaratifs, comme la différence de pourcentage entre les allégations « au » et « riche en ». Christophe Carlier souligne aussi « un changement important et une victoire personnelle » concernant la réhydratation. « Il était jusqu’alors admis qu’on pouvait réhydrater toutes les matières, des carottes aussi bien que de la farine de volaille. C’était une pratique courante qui n’existe plus : il n’est aujourd’hui possible de réhydrater que les matières premières dont seulement de l’eau a été enlevé (pas de l’huile). Cela a entraîné des reformulations et changement d’étiquettes. »

La Facco a également mis en ligne sur son site, « pour toujours donner plus de transparence à nos activités », le guide de la Fediaf sur les bonnes pratiques de fabrication. Si la mise en page a été revue, ce dernier n’est pas traduit en Français. « Il devait l’être par la Commission européenne dans les langues des pays européens mais ce n’est pas encore le cas », soulève Aurélie Bynens. Ce guide des bonnes pratiques de fabrication est destiné à prévenir les incidents d’origine alimentaire qui pourraient menacer la santé des animaux de compagnie. Il préconise un ensemble de procédures à mettre en place pour garantir la salubrité des aliments, depuis l’approvisionnement en matières premières, la conception de l’usine, le personnel et les processus, jusqu’à l’emballage et la livraison. Ce document est destiné à être « un outil pratique et utile pour les fabricants afin de les aider à développer un système de gestion de la sécurité sanitaire des aliments performant et à se conformer aux exigences légales en matière de sécurité et d’hygiène ». Il s’agit de la 3e version depuis 2001. La rédaction de l’ensemble de ces guides est encouragée par l’Union européenne. « Nous sommes fiers de nos trois nouveaux supports ! »

E. Mouraud

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.