Charte Soja France : objectif 250 000 ha en 2025

Lancée en avril 2018, la Charte Soja de France est le fruit d’un travail collectif visant à sécuriser la production de protéines végétales en France destinée à notre élevage. Son objectif est de produire 650 000 tonnes de graines de soja en France d’ici 2025 pour répondre à la demande croissante des filières animales de qualité, tout en répondant aux attentes sociétales et environnementales.

Les surfaces de soja en France ont quadruplé en cinq ans, passant de 37 000 ha en 2012 à 154 000 ha en 2018. Cette forte poussée de la demande a contribué fortement à la mise en place en 2018 de la Charte Soja de France sous la houlette de Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines végétales.

Source : Terres Univia

« Actuellement, ce sont encore 500 000 tonnes de tourteau de soja non OGM qui sont importées pour satisfaire les besoins des filières animales », rappelle Françoise Labalette, responsable du pôle amont de Terres Univia qui précise l’objectif ambitieux de la Charte Soja de France : produire 650 000 tonnes de soja charté Soja de France à l’horizon 2025 pour les substituer à ce soja d’importation.

En garantissant une alimentation animale non OGM et locale, la Charte Soja de France répond aussi à la demande des consommateurs pour une alimentation de qualité.

Première source de protéines pour l’alimentation animale avec plus de 3,5 millions de tonnes de tourteaux consommés par an, majoritairement importés (équivalent à 1,8 Mha), le soja a de nombreux atouts agronomiques et environnementaux (fixant l’azote de l’air, il nécessite moins d’engrais), et sa culture intéresse de nombreux agriculteurs.

Non OGM, le soja français mise sur la durabilité, la traçabilité et la proximité pour se démarquer. Concrètement, la Charte Soja de France est le fruit d’un travail collectif réunissant semencier, producteur, collecteur, transformateur et industriel. Avec cette Charte, la filière souhaite accroître et sécuriser la production de protéines végétales en France destinées à notre élevage.

« Des filières de transformation du soja français pour l’alimentation animale s’organisent autour d’unités régionales et de nombreux projets sont en cours pour suivre la demande du marché », affirme Françoise Labalette. Avec pour objectif à terme de faire de la Charte Soja de France un label ou une marque génératrice de valeur ajoutée portée verticalement par toutes les filières de qualité.

Des filières régionales

La hausse des surfaces françaises de soja est tirée par une dynamique des deux principaux bassins de production que sont l’Est et le Sud Ouest. Avec 82 000 ha et 7 000 producteurs de soja, la zone Sud Ouest représente plus de 50 % des surfaces nationales. En septembre 2017, les groupes Avril et Euralis y ont inauguré Sojalim, une unité de trituration de graines de soja origine France basée à Vic-en-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées. Un investissement de 3,65 M€ visant à développer dans le Sud-Ouest une filière graines de soja 100 % origine France afin de sécuriser l’approvisionnement des productions animales régionales (bovins, porcs, volailles) en protéines végétales françaises, durables et de qualité (filière porc Fipso et volailles Euralis).

Créée en 1988 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), l’usine de trituration de graines de soja Extrusel intègre également pleinement la Charte Soja de France. Grâce à son implantation au cœur de la zone Est, l’objectif est de valoriser durablement les graines de soja non OGM produites dans les régions Bourgogne Franche-Comté, Grand Est et Rhône-Alpes pour répondre à la demande des filières animales locales, comme par exemple la filière comté, et au besoin de diversification des cultures des agriculteurs.

La production de graines de soja en Bourgogne Franche-Comté Rhône-Alpes est passée selon Agreste de 30 200 t en 2012 à 65 000 t en 2018, et elle devrait atteindre plus de 100 000 t d’ici 2020. L’activité d’Extrusel suit cette évolution, passant de 9 000 t de trituration de graines de soja en 2014-2015 à 30 000 t en 2018-2019.

Alors qu’un tiers des surfaces de soja sont cultivées dans l’Est, pour la 1re année plus de 10 000 t de soja ont été certifiées Soja de France (sur plus de 152 000 t de graines récoltées et 61 000 ha cultivés en 2018).

Par rapport au tourteau de soja du Brésil, le tourteau Expeller HP non OGM produit par Extrusel est plus riche en protéines (48 % contre 45 %) et en matières grasses (plus de 7 % contre 3 % pour le tourteau de soja du Brésil). Suite à l’évolution de la demande en soja non OGM, une réflexion est en cours pour un deuxième établissement « Extrusel », avec de nombreuses perspectives de développement pour les protéines végétales régionales : semi-raffinage des huiles (amélioration de la qualité et production de lécithine), améliorer la durabilité des systèmes de grandes cultures de la région par l’introduction de légumineuses, développer et positionner sur le marché une production de soja certifié « Charte Soja de France », production pour l’alimentation humaine (lancement de Selvah).

Philippe Caldier

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.