Certifications : reconnaissance mutuelle des référentiels

Les associations Oqualim et GMP+ International viennent de signer un accord de reconnaissance mutuelle définitive concernant le RCNA mention International ainsi que les socles « nourri sans OGM < 0,9 % ». L’accord de reconnaissance mutuelle sur les certifications du management de la sécurité sanitaire des aliments pour animaux concerne également les référentiels d’Ovocom, QS et AIC. Il est le fruit d’un travail de longue haleine qui a permis d’établir des équivalences entre les référentiels.

Frédéric Monnier, président d’Oqualim. (crédit : Oqualim)

Il existe désormais un accord de reconnaissance mutuelle définitive signifiant l’équivalence entre le RCNA mention International d’Oqualim et les certifications GMP+FSA, FCA d’Ovocom, QS et UFAS d’AIC. Et GMP+International peut bénéficier de l’équivalence STNO d’Oqualim pour sa démarche d’aliments fabriqués sans OGM. « Cet accord de reconnaissance intensifie la collaboration que nous avions déjà avec les autres schémas de certification européens, commente Frédéric Monnier, président d’Oqualim. La partie STNO, Socle Technique Nourri sans OGM < 0,9 %, était déjà en équivalence avec le Vlog Allemand. Nous reconnaissons aujourd’hui une équivalence au module MI 105 de GMP+ International. Chaque pays avait en effet construit son système en fonction des référentiels spécifiques à son marché, faisant du monde de la certification une vaste forêt qui bloquait les possibilités commerciales des fabricants à l’export de façon stérile. Cependant cette complexité renvoie aussi à la multiplication et la floraison des cahiers de charges. Ces accords de reconnaissance mutuelle apportent de la lisibilité et ouvrent les marchés qui s’inscrivent désormais dans des références de certification unifiées. »

Johan den Hartog, directeur de GMP+ International. (crédit : GMP)

Johan den Hartog, directeur de GMP+ International précise les termes de l’accord de reconnaissance mutuelle définitive qui lie désormais Oqualim aux quatre référentiels de qualité européen GMP+International, Ovocom, QS et AIC : « Cet accord concerne la certification RCNA mention International d’Oqualim. Cette certification est désormais équivalente aux certifications GMP+ FSA, Ovocom, QS et UFAS. Cet accord de reconnaissance couvre les périmètres de certification suivants : d’une part la production et mise sur le marché d’aliments composés, aliments minéraux, aliments liquides, aliment d’allaitement et prémélanges ; d’autre part la distribution et le négoce d’aliments composés, aliments minéraux, aliments liquides, aliments d’allaitement et prémélanges ou distribution de matières premières et additifs pour l’alimentation animale en lien avec des activités de production d’aliments composés ou de prémélanges. »

Lieven Callewaert, responsable de GMP+ International pour la France revient sur le travail qui a été nécessaire à la signature de cet accord : « Des accords de reconnaissance existaient déjà avec Oqualim depuis 2018. Ils étaient reconductibles jusque fin 2020. Mais nous avons souhaité construire une reconnaissance plus pérenne. » Un travail d’évaluation a donc été mené et les points divergents ont dû être harmonisés afin de trouver des équivalences pour chaque point de la certification, y compris un programme d’intégrité et le suivi des organismes certificateurs. « La principale différence, note Johan den Hartog, est que le schéma GMP+ est construit comme une chaîne dont chaque maillon est certifié selon un référentiel reconnu. Ce qui le différencie de la conception française d’Oqualim qui était initialement une approche « production » et surveillance des entrants et non pas une approche de certification fournisseurs. »

« De la même manière que le référentiel Oqualim est né de la volonté de la profession en France de mutualiser les opérations de certification afin d’en réduire les coûts et d’optimiser l’efficacité, relate Céline Ravel, ingénieur déléguée d’Oqualim, cette pérennisation de la reconnaissance va simplifier l’accès aux marchés requérant une certification FCA, GMP+FSA ou QS pour les opérateurs certifiés Oqualim. »

« Ce procédé enrichit indéniablement la qualité de notre propre référentiel de certification, admet Frédéric Monnier. C’est un travail qui a été long et qui a impliqué mes prédécesseurs, Ludovic Michel, Jean-Michel Boussit et Jean-Louis Zwick. Il bénéficie aujourd’hui pleinement aux opérateurs français désireux d’accéder aux marchés export. »

Dominique Bricard, président de Qualimat. (crédit : Qualimat)

Collaboration avec Qualimat

GMP+ International et Qualimat ont par ailleurs mené une analyse sur d’autres pistes de progrès dans le cadre d’une collaboration intensifiée. GMP+ International a signé un accord de collaboration avec Qualimat pour valoriser les outils Qualimat Amont et Qualimat Surveillance dans le contexte d’une certification GMP+FSA. « Le travail entre GMP+ International et l’initiative sectorielle SecureFeed au Pays-Bas est un bon exemple d’optimisation des actions pour le contrôle des matières premières et la sécurité sanitaire. De même, les outils de Qualimat sont complémentaires de la démarche GMP+ et de celle de SecureFeed. » Qualimat dispose de différents outils opérationnels contributeurs de la surveillance de la qualité sanitaire et complémentaire des schémas de certification existants : plans de surveillance et diagnostics fournisseurs mutualisés.

« Nous avions déjà un accord de reconnaissance avec GMP+ sur la certification Qualimat Transport, explique Dominique Bricard, président de Qualimat. Ce nouvel accord, qui porte entre autres sur le protocole Gate-keeper de GMP+International et des échanges d’informations automatisés, est donc la suite logique de nos travaux de collaboration. » « Il est de l’intérêt de la profession que les outils mutualisés construits soient contributeurs d’une sécurité sanitaire sans frontière », reconnaît Marie-Anne Hannotiaux, directrice de Qualimat.

« Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec SecureFeed pour partager nos méthodes et nos expertises sur la gestion des alertes et la maitrise de la qualité des matières premières en lien avec les fournisseurs, poursuit Marie-Anne Hannotiaux. Nous continuerons à développer nos échanges avec GMP+ International, notamment sur la question de la mutualisation des informations concernant la qualité des matières premières et les analyses de substances indésirables. » « C’est un partenariat gagnant-gagnant pour nos adhérents. Ces échanges nous permettent d’élargir nos horizons et de progresser dans nos méthodes de travail, revendique Dominique Bricard. La sécurité sanitaire est comme un puzzle. C’est parce que le puzzle est complet que la qualité est maitrisée. Chaque pièce contribue à l’efficience globale. »

Devenu incontournable sur les marchés exports, le référentiel GMP+ FSA est donc désormais équivalent au référentiel RCNA International et Qualimat Transport. Qualimat Amont et Qualimat Surveillance apporteront en plus une solution mutualisée respectant les exigences du protocole de Gate-Keeper de GMP+.  « Le nombre d’entreprises françaises produisant des matières premières pour l’alimentation animale certifiées GMP+ FSA est en très forte augmentation ces derniers mois, reconnaît Johan den Hartog, traduisant le dynamise des entreprises françaises à l’export. Ces deux nouveaux accords avec des associations reconnues en France simplifient les démarches pour tout le monde. »

F. Foucher

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite de La Revue de l’Alimentation Animale.